Cet article date de plus de six ans.

Comment l'attaque informatique contre TV5 Monde a débuté

L'ensemble de la rédaction de la chaîne de télé francophone a reçu, dès la fin janvier, un e-mail reprenant la technique du "phishing". Les "hackers" ont ensuite mis en place leur attaque durant plusieurs semaines.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un policier monte la garde devant le siège de TV5 Monde, à Paris, le 9 avril 2015. (BENOIT TESSIER / REUTERS)

L'attaque avait entraîné la diffusion d'un écran noir durant plusieurs heures sur les différentes antennes. Le piratage informatique dont a été victime TV5 Monde a été enclenché dès la fin janvier, par l'envoi de mails aux journalistes de la chaîne francophone, annoncent des sources proches du dossier à l'AFP, mardi 14 avril.

Des e-mails frauduleux, puis un virus

L'ensemble de la rédaction avait reçu un e-mail selon la technique classique du "phishing". Trois journalistes y ont répondu, permettant aux "hackers" de pénétrer dans le système de la chaîne par des logiciels de type "Cheval de Troie". Trois semaines avant l'attaque, en mars, la deuxième phase de l'offensive a été lancée, et un virus a contaminé plusieurs ordinateurs de TV5 Monde, détaille à l'AFP une des sources.

L'attaque des serveurs et des réseaux sociaux

Puis, dans la nuit du 8 au 9 avril, l'offensive commence, avec l'attaque des serveurs, pendant plusieurs heures, puis des réseaux sociaux. Tout le système informatique de TV5 Monde s'est ainsi retrouvé bloqué, obligeant la chaîne à interrompre sa diffusion.

Il n'est, en l'état des investigations, pas permis de déterminer l'origine géographique de l'attaque, ni le nombre de "hackers" ayant permis de l'organiser, précise une autre source proche du dossier. Il sera extrêmement difficile pour les enquêteurs de remonter jusqu'à la source de l'offensive.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Piratage de TV5 Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.