Ce que l'on sait de la fusillade dans un Thalys à Arras qui a fait deux blessés

Un homme lourdement armé à bord du train a tiré avant d'être maîtrisé par des passagers avant d'être arrêté.

La police à proximité du Thalys arrêté en gare d\'Arras après qu\'un homme a ouvert le feu à bord, le 21 août 2015.
La police à proximité du Thalys arrêté en gare d'Arras après qu'un homme a ouvert le feu à bord, le 21 août 2015. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Des tirs ont éclaté à bord d'un Thalys entre Amsterdam et Paris, vendredi 21 août en fin d'après-midi. Un homme armé d'une kalachnikov, d'une arme de poing et une arme blanche a fait deux blessés, les deux militaires américains qui ont réussi à le maîtriser. Il a été arrêté en gare d'Arras peu après 18 heures. La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête.

Le président François Hollande et le Premier ministre belge Charles Michel "sont convenus" au téléphone vendredi soir "de coopérer étroitement" dans cette enquête, a indiqué l'Elysée dans un communiqué.

> Retrouvez les dernières informations sur l'enquête dans notre direct 

Que s'est-il passé ?

La fusillade est survenue à 17h50, à hauteur de Oignies (Haute-Picardie), dans un train qui faisait la liaison entre Amsterdam et Paris."Un voyageur français voulant accéder aux toilettes de la voiture 12 s'est trouvé face à un individu porteur d'une kalachnikov. Il a tenté couragement de le maîtriser" sans y parvenir, a détaillé le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. "Deux passagers américains sont parvenus à le maîtriser et à écarter son armement." 

"J'ai entendu des coups de feu, sans doute deux, et un type s'est écroulé", a raconté une jeune femme présente dans le train, avant d'évoquer un homme en sang et une vitre brisée par balle. Le malfaiteur présumé, qui était torse nu, "s'est arrêté entre les deux wagons, il a tiré, ça a fait 'clic-clic-clic', sans faire de coup de feu comme dans les films", a expliqué un autre témoin, interrogé par l'AFP, précisant qu'il n'avait pas entendu le bruit des balles. "Il est ensuite retourné dans le wagon 12 et une personne avec un tee-shirt vert, rasé l'a vu, s'est jeté sur lui et l'a plaqué au sol".

Au moment où le train s'est arrêté, plusieurs passagers ont sauté du convoi et ont ensuite été récupérés par les forces de gendarmerie et les pompiers. Une fois maîtrisé, l'homme a été arrêté à 18 heures, à la gare d'Arras (Pas-de-Calais), avant d'être placé en garde à vue. 

Que sait-on du tireur ?

Des sources proches de l'enquête confirment à France 2 l'information d'El Pais : le suspect est un Marocain âgé de 26 ans. Il s'agit de Ayoub El Khazani (ou Khazzani). Il avait bien été signalé par les services de renseignement espagnols à leurs homologues français en 2014. Madrid avait alors signalé le suspect comme susceptible de se rendre en France. Il ne l'a pas fait, mais c'est à partir de la qu'il fait l'objet d'une fiche de surveillance dite "S" par les services français.

> Ce que l'on sait de l'agresseur présumé

En mai 2015, Ayoub El Khazani aurait en outre été repéré sur un vol partant d'Allemagne pour aller jusqu'à Istanbul (Turquie). Les enquêteurs le soupçonnent d'avoir voulu se rendre en Syrie. Selon les services espagnols, le suspect se serait installé en Belgique après son séjour en Espagne.

Lors de l'attaque du Thalys, l'homme était armé d'un fusil d'assaut kalachnikov, d'un pistolet automatique, de neuf chargeurs et d'un cutter. 

Quelles sont les victimes ?

Gravement touché par balle, un militaire de nationalité franco-américain a été héliporté vers le CHR de Lille (Nord), mais ses jours ne sont pas en danger. "Un des tirs a atteint un passager installé dans son siège", a précisé Bernard Cazeneuve. 
Le commandement de l'armée américaine en Europe, situé à Stuttgart en Allemagne, a confirmé dans un communiqué qu'un soldat américain avait bien été blessé.

Un Britannique souffre également de blessures légères à l'arme blanche. Il est soigné au centre hospitalier d'Arras.

> Le courage de plusieurs passagers salué après l'attaque

D'autre part, l'acteur Jean-Hugues Anglade, qui était à bord du train, s'est blessé à la main en tirant le signal d'alarme. Selon France Info, "choqué", l'acteur "a été pris en charge par les pompiers".

Est-ce une attaque terroriste ?

"La section antiterroriste du parquet se saisit de cette affaire, en accord avec le parquet local, au vu de l'armement utilisé, du déroulé des faits et du contexte", a fait savoir le parquet à l'AFP. Le Premier ministre belge Charles Michel, lui, a dénoncé quelques minutes plus tard une "attaque terroriste". Pour le moment, toutefois, le gouvernement français reste prudent car les motivations de l'homme armé restent encore inconnues. 

Lors d'une déclaration à la presse, Bernard Cazeneuve a confirmé que le suspect était soupçonné d'appartenir à "la mouvance islamiste radicale."