Fusillade à Strasbourg : les premières fleurs déposées

En duplex depuis le centre-ville de Strasbourg (Bas-Rhin), Angélique Étienne fait le point mercredi 12 décembre, au lendemain de la fusillade meurtrière.

FRANCE 2

Au lendemain de la fusillade dans la ville de Strasbourg (Bas-Rhin), les habitants sont sous le choc mercredi 12 décembre. "Les visages sont fermés, les regards perdus, mais depuis mercredi matin, la circulation a repris avec de nouveaux barrages filtrants. Les piétons peuvent de nouveau accéder à la Grande Île", rapporte Angélique Étienne depuis le centre-ville. "Ce qui frappe le plus dans les rues de Strasbourg, ce sont tous ces touristes qui errent un peu partout. Ils ne savent pas où aller. Le marché de Noël aurait dû ouvrir à 11 heures, mais il est forcément fermé et tous ces gens se retrouvent un petit peu perdus sur les lieux des attaques", poursuit la journaliste.

Le marché de Noël, symbole pour les terroristes

De plus, "des entreprises ont également dit à leurs employés de rester chez eux aujourd'hui. Les Strasbourgeois avaient tous en tête la menace qui pouvait planer sur le marché de Noël, un symbole pour les terroristes. Déjà, des premiers habitants se sont déplacés sur le lieu des attaques pour déposer les premières fleurs en guise d’hommage", conclut la journaliste de France 2.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers dans les rues de Strasbourg après la fusillade du 11 décembre 2018.
Des policiers dans les rues de Strasbourg après la fusillade du 11 décembre 2018. (FREDERICK FLORIN / AFP)