Cet article date de plus de six ans.

Attentat déjoué : pourquoi les enquêteurs lient le suspect au meurtre d'Aurélie Châtelain

Plusieurs éléments permettent d'établir un lien entre Sid Ahmed Ghlam, suspecté d'avoir prévu un attentat contre une église, et la mort d'Aurélie Châtelain, dont le corps a été retrouvé dimanche dans une voiture brûlée à Villejuif (Val-de-Marne).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des journalistes filment la scène, le 19 avril 2015, où a été découvert le véhicule brûlé et le corps d'Aurélie Châtelain, à Villejuif (Val-de-Marne). (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Accusé d'avoir projeté un attentat contre deux églises, Sid Ahmed Ghlam garde le silence face aux enquêteurs. Un arsenal a pourtant été découvert dans le véhicule de cet étudiant en informatique de 24 ans, mais aussi à son domicile du 13e arrondissement de Paris. Mais le suspect est également interrogé sur un autre volet, puisqu'un lien semble désormais établi avec le meurtre d'Aurélie Châtelain, dont le corps a été retrouvé dimanche 19 avril dans une voiture en feu à Villejuif (Val-de-Marne).

Le procureur de la République de Paris, François Molins, a livré quelques éléments, au tout début de l'enquête. Francetv info revient sur les éléments qui permettent d'établir le lien entre cet individu et la mort d'Aurélie Châtelain.

>> DIRECT. Attentat déjoué en région parisienne : le suspect est "dans un mutisme complet"

Des données GPS

D'après des documents saisis au domicile du suspect, ce dernier aurait eu l'intention de frapper une église de Villejuif. "L'exploitation des données GPS" a permis de préciser "sa présence à Villejuif dimanche 19 avril au matin, dans le créneau horaire où Aurélie Châtelain était tuée". Celle-ci est morte à moins de deux kilomètres d'une église, précise le procureur. "Son véhicule a été flashé sur le périphérique à 8h38 à la porte d'Italie à Paris et ensuite, à 8h40", il a pris la rue Corvisart (13e arrondissement) à contresens, "ce qui correspond à la route quand on revient de Villejuif vers le domicile de l'intéressé".

Des indices balistiques

Aurélie Châtelain a été tuée "d'une seule balle et non de trois", comme indiqué par erreur dans la presse, alors qu'elle était assise sur le siège passager de sa voiture. "La balle est entrée par l'épaule et a traversé le corps pour se loger dans le siège du véhicule. Du sang a été retrouvé sur le siège conducteur, alors que les pompiers assurent qu'ils n'ont pas déplacé le corps" de la victime qui se trouvait sur le siège passager quand il a été retrouvé. 

Une douille de 9 mm a été retrouvée au sol, côté passager. L'inscription de cette douille a été relevée "sur plusieurs douilles à l'intérieur du chargeur du revolver Sphynx retrouvé dans le véhicule" de Sid Ahmed Ghlam. L'expertise balistique comparée indique d'ailleurs que la balle qui a tué Aurélie Chatelain a été tirée avec le même revolver.

Des traces ADN

"Des traces de l'ADN de l'individu ont été retrouvées dans le véhicule d'Aurélie Châtelain, par comparaison avec deux traces de sang trouvées l'une sur le frein à main, l'autre sur le bas de caisse, à gauche", poursuit le procureur. Enfin, le sang d'Aurélie Châtelain "a été retrouvé sur la parka du mis en cause".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Attentat déjoué à Paris

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.