Cet article date de plus de six ans.

Attentat en Isère : "Il y a un côté amateur dans cette opération"

L'attaque contre un site du groupe Air Products à Saint-Quentin-Fallavier, vendredi, a fait au moins un mort et plusieurs blessés. Louis Caprioli, ancien responsable de l’antiterrorisme, livre ses premières impressions à francetv info.

Article rédigé par
Propos recueillis par - Hervé Brusini
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les forces de sécurité stationnent à l'entrée du site d'Air Products à Saint-Quentin-Fallavier (Isère), le vendredi 26 juin.  (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Un attentat a visé, vendredi 26 juin, le site industriel de Saint-Quentin-Fallavier (Isère). Il a fait au moins un mort et deux blessés. Louis Caprioli, ancien sous-directeur chargé de la lutte contre le terrorisme à la Direction de la surveillance du territoire (DST), livre ses premières impressions à francetv info.

>> Attentat en Isère : suivez notre direct

Francetv info : Même s'il est encore tôt pour analyser cet attentat, y a-t-il des éléments qui laissent penser à une attaque planifiée de longue date ? 

Louis Caprioli : Le scénario qui se dessine montre un côté amateur dans la conduite de cette opération. Foncer ainsi dans l’enceinte d’un site, avec des bonbonnes de gaz, n’a rien d'une action terroriste très "aguerrie". D’ailleurs, l’un des assaillants n’a apparemment pas tardé à être arrêté.

Ce qui me trouble davantage, c’est la tête retrouvée sur les lieux, avec, semble-t-il, des inscriptions propres au groupe Etat islamique (EI). On voit bien là que cette action est une mise en scène.

Quel est l'objectif d'une telle mise en scène ?

Cet acte a essentiellement une portée symbolique. Devant une telle mise en scène de l’horreur, on peut même se demander si son ou ses auteurs n’ont pas tenté de filmer cette action, comme cela a été le cas lors des attentats islamistes commis sur notre territoire depuis le début de l'année.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Attentat en Isère

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.