VIDEO. Terrorisme : "Je ferai en sorte qu'il n'y ait plus un euro qui puisse aller vers les associations qui soutiennent l'islam politique en France", dit Bruno Le Maire

Le ministre de l'Economie a notamment pris l'exemple des cartes prépayées où l'argent est quasi intraçable. 

FRANCE INTER

"Je ferai en sorte qu'il n'y ait plus un euro qui puisse aller vers les associations qui soutiennent l'islam politique en France", a réagi Bruno Le Maire vendredi 30 octobre sur France Inter, au lendemain de l'attentat qui a fait trois morts à Nice. Le ministre de l'Économie a évoqué les différents dispositifs pour faire face à une "menace évolutive". "Ce n'est pas la même chose d'avoir affaire à un groupe armé, à un groupe organisé qu'à un individu isolé."

>>> Attentat de Nice : un homme de 47 ans, soupçonné d'avoir été en contact avec l'assaillant, a été placé en garde à vue. Suivez notre direct 


Bruno Le Maire a fait plusieurs propositions au président, pour "sanctionner" et "assécher les réseaux de financement de tous ceux qui soutiennent l'islam politique en France". "ll faut s'adapter sans cesse", a-t-il martelé, prenant l'exemple des cartes prépayées. "Vous avez des personnes qui vont dans un café, prennent une carte prépayée et peuvent utiliser des cryptomonnaies à hauteur de 150 euros. Ils peuvent le faire dix fois, et même davantage", a-t-il développé.

"Cet argent va ensuite sans aucune signature, de manière totalement anonyme, financer des terroristes et des individus français qui sont installés en Syrie et qui peuvent ensuite fomenter des attentats sur le sol français. Ce sont des sommes qui peuvent aller jusqu'à 150 000 euros par an", a alerté le ministre de l'Économie, qui a annoncé vouloir "lever l'anonymat lorsqu'on utilise les cartes prépayées". "C'est cette méticulosité et cet esprit de résistance qui nous permettront de vaincre le terrorisme sur notre sol", a-t-il conclu.

Bruno Le Maire était l\'invité de France Inter vendredi 30 octobre. 
Bruno Le Maire était l'invité de France Inter vendredi 30 octobre.  (FRANCE INTER)