Qui est Omar Hamid El-Hussein, l'auteur des attentats à Copenhague ?

Abattu par la police danoise, il est l'auteur des deux attentats commis samedi au Danemark, qui ont fait deux morts et cinq blessés. Francetv info se penche sur son parcours.

Photo d\'Omar Hamid El-Hussein, en 2013, fournie par la police danoise. 
Photo d'Omar Hamid El-Hussein, en 2013, fournie par la police danoise.  (DANISH POLICE/ AFP)

On en sait davantage sur Omar Hamid El-Hussein, l'auteur du double attentat perpétré à Copenhague samedi 14 février. Agé de 22 ans, ce Danois d'origine palestinienne aurait déjà parlé d'aller combattre en Syrie, lors d'un séjour en prison. Francetv info rassemble les éléments disponibles sur ce jeune homme, qui n'a jamais caché son antisémitisme.

>> Suivez toutes les infos concernant l'enquête liée aux attentats de Copenhague par ici

Un délinquant devenu terroriste

Quand s'est-il radicalisé ? Difficile à déterminer, mais, selon Olivier Truc, correspondant du Monde dans les pays scandinaves, "depuis plusieurs années, il était lié à des gangs radicalisés de la capitale danoise". Il tenait en prison des propos extrémistes, ajoute le journaliste sur son compte Twitter.

Il était connu pour plusieurs délits, dont des infractions à la législation sur les armes et des violences. D'après le journal danois Ekstra Bladet (en danois), l'homme était sorti de prison il y a deux semaines. Il avait été condamné à deux ans d'emprisonnement pour une agression dans une gare de Copenhague.

Omar Hamid El-Hussein était également connu pour ses liens avec des bandes de délinquants, selon la police. Les services de renseignements danois ont indiqué travailler "sur l'hypothèse selon laquelle la personne en question a pu être inspirée par les événements qui se sont déroulés à Charlie Hebdo à Paris".

Un adolescent "parfois agressif, mais gentil"

Né au Danemark, le jeune homme était d'origine palestinienne, selon des médias danois. Yeux marron, cheveux noirs, il parlait bien danois, mais aussi arabe, selon Julie, une de ses anciennes camarades de classe, contactée par l'AFP.

Elle se souvient qu'il lui avait porté secours lorsqu'elle a été renversée par une voiture, à la fin 2013. "Je suis profondément émue et choquée. Je n'aurais jamais cru que le terroriste était un camarade de promotion. Que ce serait ce garçon qui m'a aidée, le jour où j'ai été renversée devant l'école", a raconté cette jeune habitante de la banlieue de Copenhague, dont le père, d'origine pakistanaise, est musulman et la mère chrétienne.

"Il avait parfois un comportement assez agressif, mais sinon, il était gentil et très intelligent. Il avait de bonnes notes à l'école, des amis et était bon camarade", raconte-t-elle, se souvenant qu'"il s'entraînait dans la cour" et qu'"il était costaud".

Un élève "doué et talentueux"

La jeune femme a côtoyé Omar en 2012-2013 au VUC Hvidovre, un établissement de la banlieue de Copenhague, où ils suivaient un cursus lycéen accéléré de deux ans, au lieu de trois habituellement.

Selon le proviseur du lycée, Peter Zinkernagel, interrogé par la télévision publique danoise DR, "c'était un élève doué et talentueux". C'était également, selon Le Mondequi cite le témoignage d'un autre camarade de classe, quelqu’un "qui voulait aussi qu’on respecte la religion des gens : 'Il adorait discuter de l’islam, et spécialement le conflit entre Israël et la Palestine.'"

Omar Hamid El-Hussein a été exclu du lycée après avoir poignardé plusieurs fois à la jambe un jeune homme de 19 ans, à la station Ny Ellebjerg, trois jours après avoir aidé Julie, accidentée. Une agression qui l'a conduit en prison, dont il venait de sortir au moment des attentats.