Prise d'otages dans l'Aude : quelle marge de manœuvre pour le GIGN ?

Sur le plateau du 13 Heures de France 2, Audrey Goutard commente les dernières informations sur la prise d'otages dans un supermarché de Trèbes (Aude) ce vendredi 23 mars.

France 2

L'attaque survenue à Trèbes (Aude) ce vendredi 23 mars serait probablement terroriste. "Pour l'instant, il n'y a pas de revendication du groupe Etat islamique. Ce qui fait penser à une attaque islamiste, commise par un homme se revendiquant de Daech, c'est que, lorsqu'il s'en est pris aux CRS, il a crié : 'Allahu Akbar' et il s'est revendiqué de Daech. Ce sont ces informations que nous avons et qui sont fiables. Il n'y a pour l'instant pas trace de revendication d'un quelconque groupuscule du groupe Etat islamique", commente Audrey Goutard.

Parlementer avec le preneur d'otages

Face à cet homme retranché dans un supermarché, que vont faire les forces de l'ordre ? "Les forces de l'ordre sont bien rôdées à ce type d'événements. Pour le moment, ce sont les forces d'élite de la gendarmerie nationale, le GIGN, qui se sont positionnées autour du lieu. La première idée est de créer un lien avec le terroriste qui, pour le moment apparemment, détient des otages. Il y a la vie de gens en jeu. Créer un lien, c'est la grande difficulté avec ceux qui se revendiquent d'actes terroristes. Eux veulent mourir en martyr et il va falloir le convaincre de rester en vie et surtout de maintenir en vie ses otages", explique la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vue du supermarché où un individu se revendiquant de l\'Etat islamique a pris en otages plusieurs personnes avant d\'être abattu par les forces de l\'ordre, le 23 mars 2018 à Trèbes (Aude). 
Vue du supermarché où un individu se revendiquant de l'Etat islamique a pris en otages plusieurs personnes avant d'être abattu par les forces de l'ordre, le 23 mars 2018 à Trèbes (Aude).  (MAXPPP)