Au départ du cercueil d'Arnaud Beltrame, "tous les gendarmes étaient au bord des larmes", raconte le maire de son village

Alors qu'un hommage national au gendarme Arnaud Beltrame et aux trois autres victimes des attaques de Trèbes et Carcassonne sera rendu mercredi aux Invalides à Paris, le maire de Villedubert, où habitait la victime, témoigne de son émotion lors du départ du cercueil du gendarme.

Le cercueil d\'Arnaud Beltrame transporté par des gendarmes sur le tarmac de l\'aéroport de Carcassonne.
Le cercueil d'Arnaud Beltrame transporté par des gendarmes sur le tarmac de l'aéroport de Carcassonne. (PASCAL PAVANI / AFP)

Un hommage national au gendarme Arnaud Beltrame et aux trois autres victimes des attaques de Trèbes et Carcassonne est rendu mercredi 28 mars dans la matinée aux Invalides, à Paris. "Tout le monde a été touché, marqué par le geste du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame", explique sur franceinfo Marc Rofès, le maire de Villedubert, un petit village près de Trèbes où habitait l’une des victimes.

"C'est très important pour les victimes de recevoir un hommage national, poursuit l'édile. Les familles sentent que l'État est là, que l'État les soutient. Qui que ce soit, quand on perd un être cher le traumatisme est là." Arnaud Beltrame a eu "un geste héroïque et il mérite amplement tous les honneurs qui luis sont faits."

Marc Rofès a assisté au départ du cercueil d'Arnaud Beltrame en direction de Paris. "C'est un moment très émouvant que j'ai vécu avec le départ de son corps et du cercueil dans l'avion, avec sa famille et tous les gendarmes qui étaient au bord des larmes, se souvient-il. Une émotion très forte. On a besoin de personnes comme lui, mais vivantes. Ce n'est pas dans l'ordre des choses que ces quatre victimes soient parties comme ça."