Attentats de Trèbes et Carcassonne en 2018 : le parquet demande le renvoi de sept personnes devant la cour d'assises spéciale

Le parquet national antiterroriste a requis, vendredi 5 août, le renvoi devant la Cour d'assises spéciale d'une femme et de six hommes. L'attentat avait fait quatre morts, dont le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une prise d'otages avait eu lieu dans un supermarché de Trèbes (Aude), à proximité de Carcassonne, le 23 mars 2018.  (IDRISS BIGOU-GILLES / HANS LUCAS)

Le parquet national antiterroriste (PNAT) a requis, vendredi 5 août, le renvoi devant la Cour d'assises spéciale d'une femme et de six hommes dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Trèbes et de Carcassonne en mars 2018, a appris franceinfo de source proche du dossier.

Le PNAT demande que deux proches du terroriste, dont sa petite amie née en 1999, soient jugés pour association de malfaiteur terroriste criminelle. La jeune femme est soupçonnée d'avoir voulu rejoindre un groupe jihadiste en zone irako-syrienne. Le parquet demande également le renvoi d'un jeune homme né en 1995, soupçonné d'avoir été au courant du désir du terroriste de partir en Syrie pour revenir passer à l'acte en France.

Des individus âgés de 23 à 33 ans

Pour cinq autres personnes, nées entre 1989 et 1998, le parquet demande un procès pour des délits connexes. Certaines sont soupçonnées d'avoir fourni des armes au terroriste. D'autres pourront être jugées pour "non-dénonciation de crime terroriste", "dissimulation de preuve" ou encore "incitation à commettre des actes terroristes".

Le PNAT demande par ailleurs un non-lieu pour une huitième personne mise en examen pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et détention d'arme.

Le 23 mars 2018, les attentats de Trèbes et Carcassonne avaient fait quatre morts, dont le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame qui avait pris la place d'une otage au Super U de Trèbes. Tué sur place, l'auteur Radouane Lakdim avait agi sans complice, selon les investigations, mais bénéficié d'une aide logistique et intellectuelle dans la préparation de ses attaques.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Attaques terroristes dans l'Aude

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.