Site pour sensibiliser au risque terroriste : "Il ne faut pas oublier qu'on est une cible prioritaire, de ce fait il faut se préparer", estime une association de victimes

Pour Guillaume Denoix de Saint Marc, directeur général et fondateur de l'Association française des victimes du terrorisme, le site est nécessaire, parce "la menace change mais elle est toujours là". 

Signalétique du Plan Vigipirate de lutte contre le terrorisme, en mai 2018.
Signalétique du Plan Vigipirate de lutte contre le terrorisme, en mai 2018. (GÉRARD HOUIN / MAXPPP)

Sensibiliser au risque d'attentats, apprendre les bons réflexes, c'est le but d'un site internet interactif, que lance ce vendredi le gouvernement. Il est destiné aux particuliers, aux élus locaux et aux professionnels qui accueillent du public. "Il ne faut pas oublier qu'on est une cible prioritaire, (...) de ce fait il faut se préparer", a expliqué ce vendredi sur franceinfo Guillaume Denoix de Saint Marc, directeur général et fondateur de l'Association française des victimes du terrorisme (AFVT). "Les conseils sont assez simples. Il est important d'avoir vu ça une fois pour l'intégrer et être vacciné", a-t-il ajouté.

Que pensez-vous de ce site ?

Malheureusement, il est nécessaire. La menace change mais elle est toujours là. Il y a une recrudescence de possibilité d'attentats moins organisés que ceux du 13-Novembre. Il ne faut pas oublier qu'on est une cible prioritaire de beaucoup de groupes terroristes, jihadistes, mais pas que, de ce fait il faut se préparer. Il faut être vigilant, en prévention. Si cela arrive, il faut qu'on ait un certain nombre de réflexes. Il ne faut pas non plus aller dans l'anxiété et jouer le jeu des terroristes en ne vivant pas notre vie.

Cela ne reste-t-il pas malgré tout anxiogène ?

Cela ne peut pas ne pas être anxiogène. Ce qu'il faut c'est que cela le soit le moins possible. Le grand problème qu'on peut avoir, c'est ce qui s'est passé jusqu'au 13-Novembre, c'est qu'on n'a pas voulu voir la menace terroriste. Il y avait une sorte de refus de comprendre, de savoir, qu'on était sous la menace alors qu'il y avait eu beaucoup d'attentats avant. Nous sommes tous collectivement une cible. Il faut qu'on intègre ça dans nos modes de vie sans pour autant tomber dans le misérabilisme ou l'angoisse. Les conseils sont assez simples. Il est important d'avoir vu ça une fois pour l'intégrer et être vacciné.

Pensez-vous que les particuliers vont aller facilement sur ce site ?

Ce n'est pas évident, mais certains professionnels iront et vont peut-être encourager leur personnel à le faire. Comme la menace est toujours là, il est important de rappeler que ce n'est pas parce que Daech est tombé que la menace a disparu. Le fait terrorisme va être enseigné dans les lycées. Tout un travail va être fait pour que nous intervenions dans les classes de façon non anxiogène, à travers le témoignage des victimes, pour que ce ne soit plus un tabou. Rien n'est plus angoissant que quelque chose dont on ne peut pas parler.