Les communes jumelées de Levallois-Perret et Molenbeek s'étrillent par voie de presse

La commune belge, où ont séjourné plusieurs des terroristes qui ont frappé Paris, est jumelée avec la ville de Levallois-Perret, qui héberge le siège de la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI).  

Patrick et Isabelle Balkany, lors d\'un meeting UMP en novembre 2014, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). 
Patrick et Isabelle Balkany, lors d'un meeting UMP en novembre 2014, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).  (MARTIN BUREAU / AFP)

Le divorce est consommé entre Levallois-Perret et Molenbeek (Belgique). Depuis 1981, cette ville des Hauts-de-Seine est jumelée avec cette commune de Bruxelles, où ont séjourné au moins trois des terroristes qui ont perpétré les attentats du 13 novembre à Paris.

Mais le couple Balkany (Patrick, le maire, et Isabelle, sa première adjointe) ne veut plus de ce jumelage avec Molenbeek, considérée comme une plaque tournante du jihadisme en Europe. De son côté, la commune fustige "les casseroles des Balkany" dans les médias belges. 

Un jumelage "mis en sommeil", selon Isabelle Balkany

Le 18 novembre, alors que la commune belge est au centre de l'enquête sur les attentats, Isabelle Balkany publie sur sa page Facebook un communiqué assassin. "Ce jumelage a été initié par la municipalité levalloisienne socialo-communiste de l'époque, en 1981, écrit-elle. Depuis 1983 et l'élection de l'équipe dirigée par Patrick Balkany (...), le jumelage avec Molenbeek a totalement été mis en sommeil..."

Vous avez été un certain nombre à vous interroger, et à nous interroger, sur le jumelage de Levallois avec la ville de...

Posté par Isabelle Balkany sur mercredi 18 novembre 2015

Depuis quelques jours, ce jumelage est largement moqué par les internautes. La raison : c'est à Levallois-Perret qu'est installé le siège de la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI). 

"Molenbeek ne veut pas être associée aux Balkany", réplique la commune belge

Le 19 novembre, Molenbeek a réagi par voie de presse. Dans un article de la RTBF, l'échevin (adjoint) en charge des jumelages depuis 2006, Ahmed El Khannouss (CDH, parti de centre gauche belge) fustige un "jumelage bidon", auquel Molenbeek n'a "jamais donné suite".  

"Ce jumelage n'a jamais été effectif pour la simple et bonne raison que la commune de Molenbeek ne voulait plus, à un moment donné, avoir de relations avec les époux Balkany, qui traînent quand même quelques casseroles depuis qu'ils sont à la tête de leur ville, lance-t-il. Je pense que Madame Balkany, par sa sortie, avait besoin d'un coup de communication pour redorer son blason et celui de son époux. Voilà, c'est fait !"

De son côté, le conseiller communal Lakhloufi Youssef a affirmé sur Twitter qu'il souhaitait que sa commune "ne soit plus associée à l'image des Balkany".

"Molenbeek est surtout jumelée avec la DGSI", ironise Patrick Balkany

A son tour, Patrick Balkany réplique. "Molenbeek est surtout jumelée avec la DGSI", a lancé le député-maire de Levallois-Perret, interrogé par le Scan du Figaro.

Echaudé par les "propos pour le moins insultants" du premier échevin de Molenbeek, Patrick Balkany a adressé une lettre à la bourgmestre, publiée par le Scan.

Lettre de Patrick Balkany à Molenbeek publié par LeFigaro