Attentats du 13-Novembre : Jawad Bendaoud sortira de prison ce soir, le parquet fait appel de sa relaxe

La présidente du tribunal a estimé qu'il ignorait que les personnes qu'il logeait venaient de commettre les attentats meurtriers de Paris et de Saint-Denis du 13 novembre 2015.

Un portrait de Jawad Bendaoud lors de son passage au palais de justice de Paris, le 24 janvier 2018.
Un portrait de Jawad Bendaoud lors de son passage au palais de justice de Paris, le 24 janvier 2018. (BENOIT PEYRUCQ / AFP)

Après que Jawad Bendaoud a été relaxé par le tribunal correctionnel de Paris, mercredi 14 février, le parquet a fait appel de cette décision. Ce recours n'étant pas suspensif, celui que l'on surnommait le "logeur de Daech" sortira de prison, mercredi, dans la soirée.

Le prévenu était jugé pour "recel de malfaiteurs", après avoir mis à disposition un appartement, à Saint-Denis, à deux auteurs des attentats du 13-Novembre. Jawad Bendaoud avait clamé son innocence tout au long du procès. "Il n'est pas prouvé que Jawad Bendaoud a fourni un hébergement à des terroristes", a finalement déclaré la présidente, Isabelle Prévost-Desprez. Selon le tribunal, Jawad Bendaoud ignorait que les personnes qu'il hébergeait étaient des terroristes. A l'annonce du jugement, le prévenu a levé les bras, tapé sur l'épaule de gendarmes et embrassé son avocat. 

Les autres accusés condamnés

Après le prononcé du verdict, la ville de Saint-Denis a demandé au parquet général de faire appel de la relaxe de Jawad Bendaoud. La municipalité s'est dit "choquée par ce verdict qui ravive la douleur des victimes des attentats et des familles traumatisées par l'assaut du Raid".

Le tribunal correctionnel de Paris a en revanche condamné Youssef Aït Boulahcen, le cousin d'Abdelhamid Abaaoud et le frère d'Hasna Aït Boulahcen, à quatre ans d'emprisonnement, dont un avec sursis. Il était poursuivi pour "non dénonciation de crime terroriste". Mohamed Soumah, jugé comme Jawad Bendaoud pour "recel de malfaiteurs terroristes", a écopé de cinq ans de prison avec maintien en détention. Le parquet a également interjeté appel de leurs condamnations.