Cet article date de plus de cinq ans.

Après les policiers, les gendarmes autorisés à porter leur arme en dehors de leur service

Cette décision intervient dans le cadre de l'état d'urgence décrété après les attentats du 13 novembre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Depuis le 25 novembre 2015, les gendarmes sont autorisés à porter leur arme en dehors de leur service, sous conditions. (MAXPPP)

Les gendarmes qui le souhaitent sont autorisés "sous certaines conditions" à porter leur arme en dehors de leurs heures de service, dans le cadre de l'état d'urgence décrété après les attentats du 13 novembre, a-t-on appris mercredi 25 novembre auprès de la direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN).

"Le régime actuel ne prévoit pas le port de l'arme de dotation en dehors du service, peut-on lire dans une note diffusée en interne. Au regard du contexte actuel, le directeur général a cependant décidé, sans revenir sur le principe général, d'en adapter les dispositions en fonction des circonstances et d'une évaluation fine des risques pesant sur la population et les militaires eux-mêmes."

Des gendarmes regrettent "la lourdeur de la procédure"

Des autorisations individuelles vont donc être délivrées aux gendarmes volontaires "en tenant compte du contexte local et du respect de conditions minimales de sécurité (formation à jour, stockage de l'armement...)", précise la DGGN.

La semaine dernière, la police nationale avait annoncé que les policiers qui le souhaitaient pourraient porter leur arme en dehors de leurs heures de service tant que durerait l'état d'urgence, qui a été prolongé de trois mois.

La décision de la DGGN a été accueillie avec "satisfaction" par GendXXI, une association professionnelle de gendarmes, qui regrette toutefois dans un communiqué "la lourdeur de la procédure" et "une prise de décision tardive" par rapport à la police nationale.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etat d'urgence en France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.