Cet article date de plus de cinq ans.

Début du procès de la cellule de Verviers

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Début du procès de la cellule de Verviers
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

La cellule de Verviers, en Belgique, passe devant la justice belge après les attentats qui se sont produits à Paris et à Bruxelles. 

Une salle d'audience sous haute sécurité. 16 prévenus doivent répondre de tentatives d'attentats en Belgique en janvier 2015, leurs avocats craignent déjà un amalgame. "Tout le monde a encore en tête les atrocités qui se sont passées et le climat actuel est peu favorable à nos clients, mais j'ai confiance dans le tribunal pour que celui-ci examine sereinement chaque prévention par rapport à chaque prévenu", espère Me Delphine Paci, avocate de la défense. La cellule de Verviers (Belgique) visait, selon le parquet, un commissariat de police belge et des magistrats. Des fantasmes, selon les avocats de la défense. "On a inventé n'importe quoi, on a parlé de décapitation, de faire sauter le Palais de Justice, de mettre le feu à des librairies qui vendent des Charlie Hebdo", plaide Me Didier de Quevy, autre avocat de la défense.

Moins de la moitié des prévenus présents

Pourtant, quand les forces spéciales donnent l'assaut dans l'appartement de Verviers, elles retrouvent des explosifs, trois kalachnikov, des armes de poing et des uniformes de policiers. Deux hommes sont abattus, un troisième est arrêté, mais le principal protagoniste de la cellule n'est pas là. Abdelhamid Abaaoud est en Grèce, c'est lui qui, dix mois plus tard, coordonnera les attentats de Paris, avant de mourir dans l'assaut donné dans l'immeuble de Saint-Denis. Sur les 16 prévenus, beaucoup sont en fuite, les sept présents sur le banc des accusés entendent démontrer que leur seul tort est d'avoir fréquenté des jihadistes morts dans l'assaut de Verviers. Le procès doit durer trois semaines.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.