Ouverture du procès de la cellule de Verviers

La cellule jihadiste de Verviers, en Belgique, va passer devant la justice du pays après leur démantèlement en janvier 2015.

France 3

Un réseau jihadiste devant la justice belge. Il constitue ce que la police belge appelle la cellule de Verviers (Belgique), un groupe démantelé en janvier 2015 dans cette ville du sud de la Belgique. Le principal suspect, Marouane El Bali, est le seul survivant de l'assaut donné dans l'appartement qui servait de cache aux terroristes. Mais pour son avocat, Marouane El Bali se trouvait par hasard sur les lieux de la fusillade. "Il a un casier judiciaire vierge, il n'est pas du tout radical, au contraire, c'était quelqu'un qui était plutôt un playboy et ce jour-là, il va apporter une paire de Nike à son ami et le GIGN le confond visiblement avec quelqu'un d'autre", le défend Me Didier de Quevy, avocat de Marouane El Bali.

Culpabilité contestée

La plupart des prévenus clament leur innocence ou affirment n'être que des seconds couteaux. Abdelmounaïm Haddad s'est rendu plusieurs fois en Syrie et se trouvait sur le même vol que d'autres membres de la cellule de Verviers : simple concours de circonstances selon son avocate. "Il n'a jamais combattu, il est parti voir son frère qui, lui, malheureusement, semble avoir combattu là-bas et dont il avait appris qu'il était blessé très lourdement. Il a voulu assister aux derniers jours de son frère qui, entre-temps, est décédé", explique Me Nathalie Gallant, avocate d'Abdelmounaïm Haddad.

Le JT
Les autres sujets du JT
Photo non datée d\'Abdelhamid Abaaoud, le commanditaire présumé des attentats de Paris.
Photo non datée d'Abdelhamid Abaaoud, le commanditaire présumé des attentats de Paris. (DABIQ / AFP)