Belgique : Salah Abdeslam et Mohamed Abrini changent de prison

L'administration pénitentiaire a justifié ces transferts par l'existence d'un "plan de dispersion".

La prison de Beveren (Belgique), où Salah Abdeslam a été transféré lundi 18 avril 2016.
La prison de Beveren (Belgique), où Salah Abdeslam a été transféré lundi 18 avril 2016. (JONAS ROOSENS / BELGA MAG / AFP)

Changement de décor pour Salah Abdeslam et Mohamed Abrini. Les deux suspects des attaques de Paris du 13 novembre ont changé de lieu de détention en Belgique lundi 18 avril, a indiqué l'administration pénitentiaire belge.

Arrêté le 18 mars à Bruxelles après quatre mois de cavale, Salah Abdeslam, qui était détenu à la prison de Bruges, "est maintenant à Beveren (nord de la Belgique) dans une cellule de haute sécurité", a expliqué une porte-parole. Quant à son ami d'enfance Mohamed Abrini, également soupçonné d'être impliqué dans les attentats de Bruxelles, il est désormais "à la section haute sécurité à Bruges", a précisé la même source. Cette prison héberge aussi Mehdi Nemmouche, l'auteur de l'attaque contre le Musée juif de Belgique à Bruxelles en mai 2014.

Ces deux transferts s'inscrivent "dans le cadre de notre plan de dispersion", a ajouté l'administration pénitenciaire, sans donner plus de détails.

La Belgique veut entendre Salah Abdeslam

La Belgique a donné son feu vert pour la remise à la justice française de Salah Abdeslam, seul survivant des commandos des attentats du 13 novembre, mais la justice belge souhaite encore l'entendre au moins dans l'enquête sur une fusillade survenue à Bruxelles trois jours avant son arrestation.

Mohamed Abrini, un Belgo-Marocain de 31 ans, a lui reconnu après son arrestation le 9 avril être le troisième homme qui accompagnait les deux kamikazes qui se sont fait exploser le 22 mars à l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem. Déjà inculpé dans le dossier des attentats de Paris, il l'a également été pour "assassinats terroristes" en Belgique.

Mohamed Abrini avait été filmé en compagnie de Salah Abdeslam, l'avant-veille des attentats de Paris, dans une station-service de l'Oise (nord de Paris). Les deux hommes circulaient dans une voiture utilisée ensuite pour convoyer des membres des commandos.