Attentats du 13 novembre : que faire des suspects qui font l'objet d'une fiche S en France ?

10 500 personnes sont concernées selon le Premier ministre. Manuel Valls a laissé entendre que des mesures pourraient être annoncées cet après-midi par le président.

FRANCE 2

Comme Mohammed Merah, comme Chérif Kouachi, comme Amedy Coulibaly, au moins l'un des auteurs des attentats de Paris était fiché S, ce document des renseignements sur lequel il y a une identité, des adresses connues et éventuellement une photo. Les personnes considérées comme une menace potentielle sont surveillées à leur insu.

10 500 personnes répertoriées

Des islamistes radicaux, des activistes politiques ou encore des antinucléaires, 10 500 personnes sont répertoriées. Les personnes fichées S sont classées selon leur dangerosité. Leurs entrées et sorties du territoire sont censées être suivies, mais cela ne veut pas dire qu'elles sont toutes surveillées de près, ni écoutées. Alors pour certains responsables politiques, il faut aujourd'hui pousser le système plus loin. Une surveillance à la trace, la solution n'est pas forcément simple à mettre en oeuvre. Cet après-midi, François Hollande pourrait annoncer de nouvelles mesures pour lutter contre le terrorisme en France.

Le JT
Les autres sujets du JT