Cet article date de plus de cinq ans.

Attentats de Paris : le point sur les identités des terroristes

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Attentats de Paris : le point sur les identités des terroristes
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions
La police a identifié cinq terroristes sur les sept qui sont morts. Les enquêteurs travaillent aussi sur le commanditaire de l'attentat, un belge bien connu des réseaux islamistes.
 
Ce lundi 16 novembre, l'enquête sur les attentats de Paris progresse. De prélèvements ADN en recoupement d'informations, les enquêteurs ont réussi à mettre des noms et des visages sur les terroristes trois jours après les attentats parisiens. Parmi les kamikazes du Bataclan figure deux français, Ismael Omar Mostefaï 29 ans et Samy Amimour 28 ans. Ce dernier est originaire de Drancy. La nuit dernière le domicile de ses parents a été perquisitionné. Le jeune homme a rejoint la Syrie en 2013, dans son quartier ceux qui l'ont fréquenté décrivent quelqu'un d"influençable. "Quand on a entendu ça, on était vraiment choqué parce qu'il ne parlait à personne quand il était jeune, il était vraiment dans son coin et au fur à mesure, il a commencé à se radicaliser, à aller  la mosquée de plus en plus à se mettre dans un coin seul, se renfermer",  explique Kais Ben Hamouda, proche de Samy Amimour.
 

Cerveau présumé

Autre commando, celui du Stade de France, Bilal Hadfi 20 ans. Ce français s'est déjà rendu en Syrie. Il a voulu pénétrer dans le stade avant de se faire exploser. Ahmad Al-Mohammad fait lui aussi parti du commando. On a retrouvé sur lui un passeport syrien. Peut-être un faux, un passeport au même nom a été retrouvé ce lundi en Serbie. Dernier terroriste identifié à ce jour, le kamikaze du boulevard Voltaire Brahim Abdeslam, un français de 31 ans. Enfin le cerveau présumé des attentats Abdelhamid Abaaoud, ce Belge de 27 ans se trouve en Syrie, aurait déjà commandité d'autres attentats.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Enquête sur les attentats de Paris

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.