Cet article date de plus de sept ans.

Attentats de Paris : Abaaoud avait des contacts au Royaume-Uni

L'organisateur présumé des attentats de Paris avait des liens avec des personnes vivant outre-Manche, a affirmé le "Wall Street Journal", vendredi, citant des responsables occidentaux.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Capture d'écran d'une vidéo de l'organisation Etat islamique montrant le "cerveau" présumé des attentats de Paris, Abdelhamid Abaaoud, dans une vidéo publiée en février 2015. (DABIQ / AFP)

L'information alimente les craintes sur une menace d'ampleur européenne. Abdelhamid Abaaoud, l'organisateur présumé des attentats de Paris avait des liens avec des personnes vivant au Royaume-Uni. C'est ce qu'affirme le Wall Street Journal (article payant en anglais), vendredi 4 décembre,  en citant des responsables occidentaux.

La région de Birmingham dans le viseur

"Plusieurs personnes soupçonnées d'avoir des liens avec Abdelhamid Abaaoud (...) sont basées au Royaume-Uni", écrit le quotidien américain. "Ces personnes, dont certaines sont d'ascendance marocaine" comme Abdelhamid Abaaoud "sont basées dans la région de Birmingham", dans le centre de l'Angleterre.

Par ailleurs, "au moins une personne liée aux attaques" de Paris "est présumée avoir voyagé au Royaume-Uni avant" les attentats, selon la même source. La police britannique n'a pas souhaité commenter ces informations, selon le quotidien. 

Une zone déjà citée dans différentes affaires

Le Wall Street Journal rappelle que la ville de Birmingham a déjà été citée dans des affaires d'extrémisme islamique. Junaid Hussain, devenu recruteur du groupe Etat islamique via les réseaux sociaux et tué par une frappe de la coalition en Syrie en août, était originaire de Birmingham.

Sans compter que, d'après le journal américain, "plusieurs cellules terroristes islamiques d'origine nord-africaine sont liées à la ville et à sa région".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Enquête sur les attentats de Paris

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.