Cet article date de plus de cinq ans.

Elections régionales : après les attentats, le FN passe en tête des intentions de vote au premier tour

Les listes frontistes recueillent 30% des intentions de vote, devant celles menées par Les Républicains, l'UDI et le MoDem (29%) et celles du PS et du PRG (22%), selon un sondage Ipsos-Sopra Steria réalisé pour France 3. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Marine Le Pen en meeting à Amiens (Somme), le 23 novembre 2015. (PASCAL ROSSIGNOL / REUTERS)

Le Front national sera-t-il le premier parti de France au soir du premier tour des élections régionales, le 6 décembre ? Les listes frontistes recueillent désormais 30% des intentions de vote, devant celles menées par Les Républicains, l'UDI et le MoDem (29%) et celles du PS et du PRG (22%), selon un sondage Ipsos-Sopra Steria, réalisé pour France 3 et diffusé le vendredi 27 novembre. Depuis la dernière enquête, publiée sur francetv info le 6 novembre et donc réalisée avant les attentats, le FN fait un bond de quatre points, alors que les listes LR-UDI-MoDem reculent de trois points.

Si 33% des sondés affirment que leur vote peut encore changer d'ici au 6 décembre, les électeurs du Front national sont les plus sûrs de leur décision : 80% d'entre eux affirment en effet que leur choix est définitif.

La brûlante question de la fusion au second tour
pour faire barrage au FN

Au second tour, êtes-vous favorable à une fusion des listes de gauche et de droite pour faire barrage au Front national en cas de triangulaire ? La question ne fait pas l'unanimité chez les électeurs. Seule la moitié des sondés sont favorables à une telle initiative. 

Pour 53% des sondés, une victoire du Front national dans leur région serait une "mauvaise chose", alors qu'un quart d'entre eux se réjouirait de voir leur région administrée par le parti de Marine Le Pen. Pour les 22% restants, une victoire du FN ne serait "ni une bonne ni une mauvaise chose".

Seuls 28% des électeurs considèrent par ailleurs qu'une victoire de la droite serait négative. Quant à l'hypothèse d'une victoire de la gauche, elle est vue comme une "mauvaise chose" par 40% des sondés.

* Enquête réalisée sur internet du 21 au 24 novembre 2015, auprès de 939 personnes inscrites sur les listes électorales extraites d’un échantillon de 1 007 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Sondage Ipsos pour France 3 by ftvi

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.