Bataclan : des familles portent plainte

Plusieurs familles de victimes des attentats de Paris en 2015 ont décidé de porter plainte contre X pour non-assistance à personne en péril. Ils reprochent aux militaires de l’opération Sentinelle de ne pas être intervenus alors qu’ils se trouvaient à proximité du Bataclan.

Voir la vidéo

Deux ans et demi après les attentats de novembre 2015, des familles de victimes sont en colère. Depuis le drame, une question les obsède : pourquoi des militaires de l’opération Sentinelle ne sont pas intervenus au Bataclan ? "Peut-on, en étant en armes, alors que se produit quelque chose d’extrêmement grave, ne pas agir ? Pourquoi des ordres n’ont pas été donnés ? Peut-être qu’ils seraient encore en vie", se demande un frère de victimes. Avec 17 autres familles, il a décidé de porter plainte contre X pour non-assistance à personne en péril. Pour eux, le bilan aurait pu être beaucoup moins lourd.

"On n’est pas en zone de guerre"

Le soir du 13 novembre 2015, il est 21h40 quand les terroristes pénètrent dans le Bataclan. Onze minutes plus tard, les policiers de la BAC arrivent sur place et essuient des tirs de kalachnikov. Les militaires de Sentinelle arrivent. Les policiers qui ont besoin d’armes demandent à la hiérarchie, mais la préfecture de police répond : "négatif, vous n’engagez pas les militaires, on n’est pas en zone de guerre". À l’époque, Jean-Yves Le Drian avait argué "la non-formation des militaires". Aujourd’hui, la coordination entre militaires et policiers serait renforcée.

Le JT
Les autres sujets du JT
La salle du Bataclan à Paris, le 13 novembre 2016.
La salle du Bataclan à Paris, le 13 novembre 2016. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)