Attentats de Paris : l'école de Bilal Hadfi, l'un des kamikazes du Stade de France, avait signalé sa radicalisation

Le Comité P, un organe de contrôle de la police belge, enquête actuellement afin de savoir pourquoi ce signalement n’a pas été transmis à la Justice.

Photo non datée du Français Bilal Hadfi, un des kamikazes qui s\'est fait exploser près du Stade de France vendredi 13 novembre 2015.
Photo non datée du Français Bilal Hadfi, un des kamikazes qui s'est fait exploser près du Stade de France vendredi 13 novembre 2015. (OFF / AFP)

L'école bruxelloise Annessens-Funck où était scolarisé Bilal Hadfi, l'un des kamikazes du Stade de France, avait signalé sa radicalisation, rapportent De Morgen et Het Laatste Nieuws (en flamand), samedi 26 décembre. Les tentatives de l'établissement pour alerter les autorités sont restées bloqués au niveau administratif, révèlent les quotidiens belges.

Un départ en Syrie signalé par le directeur de l'établissement

Selon des documents du Comité P, un organe de contrôle de la police belge, des professeurs avaient signalé en début d'année la radicalisation de Bilal Hadfi en début d'année, après qu'il ait célébré les attaques menées contre Charlie Hebdo. L'homme de 20 ans exprimait régulièrement des propos extrémistes en classe.

Bilal Hadfi s'était rendu en Syrie en début d'année et le directeur de l'établissement Annessens-Funck avait signalé ce départ aux autorités. Le Comité P enquête actuellement afin de savoir pourquoi ces informations n’ont pas été transmises à la Justice.