Attentats de Paris : comment les expliquer aux jeunes ?

Les cours ont repris ce lundi pour des millions d'élèves. Dans les établissements situés près des lieux des attentats, les équipes pédagogiques doivent trouver les mots pour expliquer l'horreur.

FRANCE 3

Comment expliquer aux élèves l'horreur des attentats ? Une équipe de France 3 s'est rendue au lycée Voltaire situé dans le 11e arrondissement de Paris. Ici, c'est exceptionnellement la proviseure qui assure l'accueil ce lundi. Il faut se montrer, rassurer les 1 600 élèves de l'établissement. "On a envie de leur dire que l'école de la République reste debout et restera debout. C'est tous ensemble qu'on continuera à avancer", affirme Christel Boury, proviseur du lycée Voltaire. Un message positif bien nécessaire, la tension est palpable, les visages tendus, le lycée Voltaire est à quelques centaines de mètres du Bataclan. "Le soir des attentats, j'étais chez une copine à République, on voyait les gens courir dans la rue. Franchement je comprends qu'il y en a certains qui ne veulent pas venir ce matin", souffle très émue une jeune fillle. 

Insouciance perdue

Un temps d'échange entre élèves et enseignants est prévu avant la minute de silence observée partout dans le pays ce lundi. Annabelle Humbert est professeure d'histoire-géographie et appréhende cette matinée. "Il va falloir mettre la bonne distance, sachant que je suis humaine, je suis triste en colère et j'ai la trouille et ça m'énerve d'avoir la trouille. Je croise les doigts pour que personne ne manque à l'appel. On n’enlèvera pas la trouille, mais je pense qu'on peut l'a mettre à distance en ayant les bons éléments de compréhension", explique Annabelle Humbert. Contrairement aux attentats ciblés de janvier, vendredi c'est la jeunesse de Paris qui a été touchée, une jeunesse qui désormais a perdu son insouciance. Dans ce lycée, une cellule psychologique est prête à accompagner les élèves et les enseignants touchés par la tragédie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des enfants vont à l\'école à Paris, le 16 novembre 2015, trois jours après les attentats dans la capitale.
Des enfants vont à l'école à Paris, le 16 novembre 2015, trois jours après les attentats dans la capitale. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)