Terrorisme : Salah Abdeslam fait le choix du silence

Nathalie Perez se trouve en direct de Bruxelles (Belgique) où s'ouvre ce lundi 5 février le procès de Salah Abdeslam.

France 3

Le procès de Salah Abdeslam a débuté ce lundi 5 février à Bruxelles (Belgique). L'accusé a expliqué ce matin pourquoi il refusait de répondre à toutes les questions. "Dès son arrivée au tribunal, Salah Abdeslam a invoqué son droit au silence. Après plus d'une heure d'audience, la présidence revient à la charge : 'Monsieur, lui dit-elle, c'est vous qui avez demandé à venir à votre procès. Pourquoi persistez-vous à vous taire ?' À ce moment-là, Salah Abdeslam se lève et, en français avec un léger accent belge, il répond : 'Je ne dirai rien. Je suis l'acteur principal de ce procès. On m'a demandé de venir alors je suis venu. C'est mon droit de me taire et c'est ma ligne de défense'", rapporte Nathalie Perez en direct sur place.

Place aux parties civiles

Salah Abdeslam a déclaré que, dans ce dossier, la Cour avait toutes les preuves scientifiques qui lui suffisaient. Il a déclaré qu'il ne craignait personne à part son dieu Allah. Dans l'après-midi, ce sont les parties civiles qui vont témoigner.

Le JT
Les autres sujets du JT
Croquis d\'audience du procès de Salah Abdeslam, le 5 février 2018 à Bruxelles (Belgique). 
Croquis d'audience du procès de Salah Abdeslam, le 5 février 2018 à Bruxelles (Belgique).  (BENOIT PEYRUCQ / AFP)