Après une polémique sur sa venue au Bataclan, le rappeur Médine reporte ses concerts dans une autre salle parisienne

A la suite d'une polémique sur ses concerts prévus cet automne au Bataclan, le rappeur Médine a annoncé vendredi leur annulation. Ils auront lieu au Zénith de Paris, en 2019.

Le rappeur Médine lors d\'un concert aux Trois Ponts, à Roubaix (Nord), le 13 août 2015.
Le rappeur Médine lors d'un concert aux Trois Ponts, à Roubaix (Nord), le 13 août 2015. (HUBERT VAN MAELE / MAXPPP)

Le rappeur évoque sur Instagram "une décision douloureuse". Après une polémique sur sa venue au Bataclan, contestée notamment par certaines familles de victimes des attentats du 13-Novembre et des groupes d'extrême droite, Médine annonce, vendredi 21 septembre, l'annulation de ses concerts prévus les 19 et 20 octobre dans la salle parisienne. "Par respect pour ces mêmes familles et pour garantir la sécurité de mon public, les concerts ne seront pas maintenus", explique l'artiste sur les réseaux sociaux. Une autre date est finalement programmée en février 2019, mais au Zénith de Paris cette fois-ci.

Voir cette publication sur Instagram

Nous avons pris la décision, douloureuse, d’annuler les deux dates de concert au Bataclan. Certains groupes d’extrême-droite ont prévu d’organiser des manifestations dont le but est de diviser, n’hésitant pas à manipuler et à raviver la douleur des familles des victimes. Par respect pour ces mêmes familles et pour garantir la sécurité de mon public, les concerts ne seront pas maintenus. Afin de pouvoir continuer à m’exprimer, je vous donne rendez-vous au Zénith de Paris le 9 février 2019. Je remercie encore mon public pour son soutien sans faille durant toutes ces polémiques, j’ai confiance en sa compréhension. Tout ce que je voulais faire c’était le Bataclan. Médine. PS : Des informations concernant le remboursement ou l'échange des places achetées pour les dates du Bataclan vous seront communiquées très prochainement

Une publication partagée par Médine (@medine_officiel) le

Depuis plusieurs mois, de nombreux élus de droite et d'extrême droite reprochaient au rappeur une supposée complaisance à l'égard de l'islamisme radical, ainsi que des paroles controversées au sujet de la laïcité. Ils réclamaient ainsi l'annulation de ses concerts au Bataclan. Dans la foulée, une dizaine de familles de victimes de l'attentat du 13 novembre 2015 avaient annoncé lancer un recours par la voix de deux avocats pour déprogrammer l'artiste.