Attaque à Paris : les lieux sensibles sont-ils suffisamment bien protégés ?

Après l'attaque survenue dans le 11e arrondissement de Paris, vendredi 25 septembre, de nombreuses voix s'élèvent pour demander comment un tel événement a pu se produire près des anciens locaux de Charlie Hebdo.

franceinfo

Un jour après l’attaque au hachoir commise dans le 11e arrondissement de Paris, un véhicule de police et des hommes en faction se trouvent dans la rue des anciens locaux de Charlie Hebdo. Certains habitants regrettent toutefois une décision tardive. "Depuis qu’il y a le procès, ils ont eu tort de ne pas mettre la police. Nous demandons des caméras, plus de sécurité pour ce quartier, car nous voulons vivre normalement", s’alarme un habitant.

Les menaces étaient clairement présentes et identifiées

Depuis l’ouverture du procès des attentats de janvier 2015 et la republication des caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo, les menaces étaient clairement présentes et identifiées. Le ministre de l’Intérieur a demandé à la préfecture de police d’expliquer ce manque de surveillance. Cette dernière se défend, affirmant qu'elle n'a pas sous-estimé ce risque. À la veille de la fête juive de Yom Kippour, Gérald Darmanin a par ailleurs annoncé, vendredi soir, que la sécurité aux abords des synagogues serait accrue. D’autres lieux sensibles, comme le Bataclan, feront l’objet d’une protection rapprochée dans les prochains jours.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des gendarmes patrouillent dans le 11e arrondissement de Paris après l\'attaque qui a fait deux blessés devant les anciens locaux de \"Charlie Hebdo\", le 25 septembre 2020.
Des gendarmes patrouillent dans le 11e arrondissement de Paris après l'attaque qui a fait deux blessés devant les anciens locaux de "Charlie Hebdo", le 25 septembre 2020. (MARIE MAGNIN / HANS LUCAS / AFP)