Cet article date de plus d'un an.

Attentat de Nice : les victimes prêtes à s'exprimer

Publié Mis à jour
Attentat de Nice : les victimes prêtes à s'exprimer
Attentat de Nice : les victimes prêtes à s'exprimer Attentat de Nice : les victimes prêtes à s'exprimer (France 3)
Article rédigé par France 3 - E. Lagarde, F. Mavic, L. Feuerstein, G. Beaufils, M. Rénier, France 3 Côte d'Azur, O. Pergament
France Télévisions
France 3

À Paris, devant la Cour d'assises spéciale, s'ouvrira lundi 5 septembre, le procès de l'attentat de Nice qui a fait 86 morts et plus de 400 blessés. Plus de 800 personnes se sont constituées partie civile.

C'est un procès pour l'histoire. Seulement deux mois après la fin du procès des attentats du 13 novembre 2015, la Cour d'assises spéciale reprend du service pour comprendre ce qu'il s'est passé le 14 juillet 2016 quand Nice a plongé dans l'horreur. Les victimes sont prêtes à témoigner. "On attend des prévenus qu'ils s'expriment, qu'ils nous expliquent la genèse de l'attentat. On a hâte de pouvoir témoigner, s'exprimer, leur dire le mal qu'ils nous ont fait", souligne Stéphane Erbs qui a perdu sa femme et a été percuté par le camion. 

Huit personnes dans le box des accusés

Mais le principal responsable des faits ne sera pas là, abattu par la police le soir du drame. Dans l'enquête qui a suivi, huit personnes ont été mises en examen pour complicité. "On n'a pas pu établir qu'ils auraient eu la connaissance de cet attentat qui était projeté, mais bien qu'ils gravitent dans la sphère du terroriste. Il y a des échanges sur lesquels ils vont devoir s'expliquer", fait savoir Me Claire Josserand-Schmidt, avocate de victimes. Sur les plus de 800 personnes qui se sont constituées partie civile, peu viendront à Paris.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.