Cet article date de plus de quatre ans.

L'attentat de Nice n'a pas été revendiqué, mais correspond "aux appels aux meurtres" des groupes jihadistes, selon François Molins

L'enquête devra déterminer "d'éventuels liens de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel avec les organisations criminelles terroristes islamistes", a précisé le procureur.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
François Molins, le 15 juillet 2016, à Nice.  (GIUSEPPE CACACE / AFP)

Au lendemain du meurtre d'au moins 84 personnes à Nice, le procureur de Paris a annoncé qu'une enquête était ouverte pour entreprise terroriste, vendredi 15 juillet. François Molins a précisé que le conducteur du camion était poursuivi pour "tentative d'assassinat contre des personnes dépositaires de l'autorité publique", "assassinats en bande organisée et en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteur terroriste en vue de préparer des crimes d'atteintes aux personnes".

>> Attentat de Nice : suivez les dernières informations dans notre direct

Le procureur de Paris a rappelé que pour le moment, l'attentat n'avait fait l'objet d'aucune revendication. Il rappelle cependant que "ce type d'action s'inscrit et correspond très exactement aux nombreux appels aux meurtres de ces organisations terroristes islamistes". L'organisation Etat islamique avait en effet appelé dans des messages de propagande à frapper à l'étranger en attaquant les passants avec un véhicule. L'enquête devra déterminer "d'éventuels liens de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel avec les organisations criminelles terroristes islamistes", a précisé le procureur.

Voici l'intégralité de son point de presse


Attentat de Nice : voici le point de presse du procureur François Molins dans son intégralité

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Attentat de Nice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.