Attentat de Nice : le patron de la DGSI avait tiré la sonnette d'alarme

Patrick Calvar, chef du renseignement intérieur français, s'était déjà inquiété des risques croissants, il y a quelques semaines.

FRANCE 2

Un nouvel attentat de masse. Depuis des mois, les craintes des services de renseignement étaient de plus en plus fortes, et de plus en plus précises. Des craintes confiées notamment par Patrick Calvar, le patron de la DGSI, c’était le 24 mai dernier, devant la Commission chargée d'enquêter sur les attentats. Ce jour-là, il alerte sur les moyens que les terroristes seraient prêts, selon lui, à employer : "Je suis persuadé qu'ils passeront au stade des véhicules piégés et des engins explosifs, et ainsi qu'ils monteront en puissance."

15 projets d'attentat déjoués

Actuellement, la direction générale de la sécurité intérieure suit environ 2.000 suspects liés d'une façon ou d'une autre à l'État islamique. Une organisation que le patron de la DGSI décrit comme compartimentée et hiérarchisée. Selon les autorités, depuis le début de la guerre en Syrie, la DGSI a empêché 15 projets d'attentat et arrêté plus de 350 individus.

Le JT
Les autres sujets du JT
La police scientifique se tient à côté du camion qui a foncé dans la foule sur la promenade des Anglais à Nice (Alpes-Maritimes), le 15 juillet 2016.
La police scientifique se tient à côté du camion qui a foncé dans la foule sur la promenade des Anglais à Nice (Alpes-Maritimes), le 15 juillet 2016. (ERIC GAILLARD / REUTERS)