Cet article date de plus de quatre ans.

Après l'attentat de Nice, la Côte d'Azur lance une campagne pour soutenir le tourisme

Avec 12 millions de visiteurs l'an dernier, le tourisme sur la Côte d'Azur représente un chiffre d'affaires annuel de 5 milliards d'euros, 75 000 emplois directs et autant d'emplois indirects.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le comité régional du tourisme (CRT) de la Côte d'Azur a présenté, le 12 août 2016, un plan de relance du tourisme d'un million d'euros après l'attentat de Nice (Alpes-Maritimes) (photo d'illustration). (RIEGER BERTRAND / HEMIS.FR / AFP)

Avec 12 millions de visiteurs l'an passé, l'enjeu est colossal pour la région. Le comité régional du tourisme (CRT) de la Côte d'Azur a présenté, vendredi 12 août, un plan de relance du tourisme d'un million d'euros destiné à "relancer la destination azuréenne" après l'attentat de Nice (Alpes-Maritimes), le 14 juillet.

L'objectif est de préserver la manne financière que représente cette activité : 5 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel, 75 000 emplois directs et autant d'emplois indirects. S'il est "trop tôt" pour "tirer un bilan pertinent des conséquences économiques" de l'attaque de Nice, elle "aura des répercussions importantes sur notre économie", assure Eric Ciotti, président (LR) du conseil départemental.

Une stratégie de "résistance touristique"

Le plan d'urgence, lancé dans le cadre d'une "stratégie de résilience et de résistance touristiques", prend la forme d'une campagne de communication déclinée notamment sur les réseaux sociaux avec le mot-dièse #CotedAzurNow. Objectif : "Faire des visiteurs et des Azuréens les premiers témoins d'une Côte d'Azur prête à accueillir" les touristes en les incitant à partager leurs "émotions positives" sur un site dédié, explique le maire (LR) de Cannes, David Lisnard, également président du CRT. Des affiches et un spot télévisé sont également prévus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.