Trappes : pourquoi la qualification terroriste n'est pas retenue

Peu de temps après l'attaque de Kamel S., une revendication a été publiée par le groupe État islamique. En direct de Trappes (Yvelines), Claire Colnet nous en dit plus.

FRANCE 2

Les spécialistes sont perplexes face à la revendication et sur l'implication réelle du groupe État islamique dans l'attaque qui a fait deux morts et un blessé ce jeudi 23 août à Trappes (Yvelines). Comme le rapporte la journaliste Claire Colnet, en direct sur place, ce qui les fait douter, "c'est notamment le communiqué de revendication publié par l'agence de propagande du groupe terroriste à la mi-journée".

Un communiqué extrêmement flou

En effet, le communiqué est extrêmement flou selon les autorités : aucun détail sur la nationalité de l'auteur de l'attaque, sur les cibles, ou sur le mode opératoire utilisé. "Alors que pour d'autres attentats, les communiqués s'étaient montrés beaucoup plus précis", ajoute la journaliste. Pour les enquêteurs, il pourrait donc s'agir d'une revendication opportuniste. "C'est l'une des raisons pour lesquelles le parquet anti-terroriste de Paris a décidé de ne pas se saisir de cette affaire en l'état des investigations", conclut Claire Colnet.

Le JT
Les autres sujets du JT
La police sécurise les rues de la commune de Trappes (Yvelines), après l\'attaque au couteau d\'un homme qui a tué sa mère et sa soeur.
La police sécurise les rues de la commune de Trappes (Yvelines), après l'attaque au couteau d'un homme qui a tué sa mère et sa soeur. (PHILIPPE WOJAZER / X00303)