Ultradroite : les deux individus interpellés mardi mis en examen et placés en détention provisoire

Une information judiciaire a également été ouverte, vendredi, selon les informations recueillies par franceinfo. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une vue de l'intérieur du palais de Justice de Paris, le 15 juin 2018 (illustration). (MICHAEL BUNEL / LE PICTORIUM / MAXPPP)

Les deux individus interpellés mardi dans le cadre de la mouvance d'ultradroite ont été mis en examen pour "provocation directe par un moyen de communication en ligne à un acte de terrorisme", "apologie d'un acte de terrorisme" et "infraction à la législation des armes en relation avec une entreprise terroriste", vendredi 19 novembre, après leur présentation à un juge, a appris franceinfo de source judiciaire. Ils ont également été placés en détention provisoire. Quelques heures plus tôt, une information judiciaire a été ouverte contre ces deux hommes.

Selon une source proche de l'enquête, "l'association de malfaiteur terroriste" n'est pas retenue à ce stade, car "les investigations n'ont pas démontré pour l'instant la préparation d'un projet d'action violente" mais les investigations se poursuivent, notamment avec l'exploitation des supports numériques.

L'un des interpellés reconnaît une partie des faits

Selon les informations de franceinfo, la personne interpellée à Montauban (Tarn-et-Garonne) reconnaît avoir administré plusieurs chaînes Telegram qui relayaient des propos racistes, antisémites et des appels à l'action violente. La deuxième personne interpellée en Gironde est soupçonnée d'avoir vendu des armes à la personne interpellée à Montauban mais conteste avoir eu connaissance de son idéologie d'ultradroite.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Antiterrorisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.