Ultra-droite : le groupe visait les musulmans de France

Le Conseil français du culte musulman demande à l'État d'assurer la protection des musulmans. Il se dit inquiet après l'arrestation de dix personnes impliquées dans un mouvement appelé AFO, qui projetait d'attaquer des musulmans.

France 3

Un des dix militants de l'ultra-droite interpellés par les hommes du RAID l'a été à Ajaccio (Corse-du-Sud) samedi 23 juin. Au même moment, neuf autres personnes sont arrêtées en région parisienne, dans la Vienne et en Charente-Maritime. Tous sont suspectés de préparer des attaques terroristes contre des musulmans anonymes ou des imams radicaux.

Les explosifs déjà fabriqués

Ces suspects ont entre 32 et 69 ans. Parmi eux, un ancien haut fonctionnaire, une femme et un policier à la retraite. Ce serait lui le chef de ce réseau, l'homme a été arrêté à son domicile près de Poitiers (Vienne). Selon les enquêteurs, cette cellule terroriste armée avait déjà commencé à fabriquer des explosifs et cherchait à se procurer des armes. Les suspects gravitaient tous autour d'un groupuscule appelé AFO, Action des forces opérationnelles. Cette radicalisation de l'ultra-droite, c'est ce que redoutait déjà l'ancien directeur de la DGSI en 2016 : "Vous aurez une confrontation entre l’ultra-droite et le monde musulman, pas les islamistes, mais bien le monde musulman". Une enquête a été ouverte pour association de malfaiteurs terroristes. Les gardes à vue pourront durer 96 heures.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le siège de la Direction générale de la sécurité extérieure à Paris
Le siège de la Direction générale de la sécurité extérieure à Paris (MARTIN BUREAU / AFP)