Enseignant décapité : pourquoi plusieurs élèves du collège du Bois d'Aulne sont en garde à vue

Après l'attentat terroriste de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), les enquêteurs retracent l'itinéraire du terroriste, Abdoullakh Anzorov, 18 ans. Quatre collégiens sont en garde à vue, soupçonnés d'avoir reçu de l'argent en échange d'informations sur Samuel Paty.

FRANCE 3

Trois jours après l'attaque qui a coûté la vie à Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), quinze personnes étaient en garde à vue lundi 19 octobre. Parmi elles, quatre collégiens soupçonnés d'avoir reçu de l'argent de la part du terroriste, en échange d'informations.

Vendredi, à la veille des vacances scolaires, Abdoullakh Anzorov, 18 ans, a quitté son domicile d'Evreux (Eure) pour rejoindre Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), à 80 km de là. D'après les témoignages rassemblés par les enquêteurs, il a passé une partie de l'après-midi à rôder près de l'établissement.

Une somme de "300 euros en billets de 10" évoquée

Peu avant 16 heures, le terroriste aurait abordé des élèves collège du Bois d'Aulne pour leur demander des renseignements sur Samuel Paty, contre de l'argent. L'un des adolescents est l'ami d'un élève dont la mère a accepté de témoigner. "L'un de ses copains arrive en lui disant 'Regardez, le monsieur là-bas m'a donné de l'argent pour que je lui dise qui est monsieur Paty', raconte-t-elle. Mon fils lui dit 'Ce n'est pas bien ce que tu as fait'. Le petit répond 'T'en fais pas, je vais gérer'". Selon elle, le garçon a parlé de "300 euros en billets de 10" donnés par le tueur.

Une heure plus tard, Abdoullakh Anzorov assassinait Samuel Paty avant d'être abattu par la police.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des fleurs sont déposées au collège du Bois d\'Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), le 19 octobre 2020, trois jours après l\'assassinat de Samuel Paty.
Des fleurs sont déposées au collège du Bois d'Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), le 19 octobre 2020, trois jours après l'assassinat de Samuel Paty. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)