Assassinat de Samuel Paty : sept suspects présentés au juge

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Assassinat de Samuel Paty : sept suspects présentés au juge
France 2
Article rédigé par
B. Delombre, E. Merlo, N. Sadok, I. Bornacin - France 2
France Télévisions

L'enquête sur l'assassinat de Samuel Paty avance. Mercredi 21 octobre, sept personnes ont été présentées à un juge antiterroriste. 

Depuis plusieurs heures au palais de justice de Paris, deux collégiens attendent que les juges tranchent sur leur sort. Déférés mercredi 21 octobre, les deux mineurs, âgés de 14 et 15 ans, se sont vu promettre 300 euros par Abdoullakh Anzorov, pour désigner Samuel Paty. L'un d'eux a "donné une description physique de Samuel Paty à Abdoullakh Anzorov. Ce dernier aurait déclaré avoir l'intention de filmer le professeur, de l'obliger à demander pardon pour la caricature du prophète, de l'humilier, de le frapper", déclare Jean-François Ricard, procureur du parquet national antiterroriste. En échange d'une première partie de l'argent, les deux adolescents sont restés avec le terroriste, se cachant des patrouilles de police, jusqu'à ce que l'enseignant apparaisse. Plusieurs adolescents à leurs côtés ont alors désigné Samuel Paty, qui sera assassiné quelques minutes plus tard. 

Cinq adultes devant le juge

Cinq adultes sont également déférés mercredi 21 octobre. "Parmi eux, le parent d'élève à l'origine des vidéos polémiques et celui qui l'a accompagné, le militant fondamentaliste islamiste Abdelhakim Sefrioui. Pour le procureur, il n'y a plus aucun doute : il y a, je cite, un lien de causalité directe entre les agissements des deux hommes et la mort de monsieur Paty", rapporte le journaliste Ignacio Bornacin en direct devant le palais de justice de Paris. Trois autres personnes sont mises en examen, trois amis de longue date du terroriste, qui avaient remarqué sa radicalisation. "L'un d'entre eux l'avait déposé devant le collège du Bois d'Aulne le jour du drame. Les deux autres l'avaient accompagné acheter un couteau et une arme de type airsoft", conclut le journaliste.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.