Ardèche : Angel B, jeune néonazi, mis en examen pour "entreprise individuelle terroriste" et placé en détention provisoire

Agé de 20 ans, il a été interpellé mardi par la DGSI en Ardèche à l'issue d'une cyberinfiltration et d'une phase de surveillance.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le logo de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI),  le 13 juillet 2018, au siège de la DGSI, à Paris.  (ARTHUR NICHOLAS ORCHARD / HANS LUCAS / AFP)

Angel B., un jeune admirateur d’Hitler âgé de 20 ans interpellé mardi par la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure) en Ardèche, a été mis en examen vendredi soir pour "entreprise individuelle terroriste" et placé en détention provisoire, a appris franceinfo de source proche et confirmant une information du journal Le Parisien.

>> Terrorisme d’ultra-droite : l’inquiétude des autorités françaises

Il avait été repéré sur internet par les agents de la DGSI dans le cadre de leur travail de veille. Sur les messageries chiffrées, Angel B. avait pris pour pseudo "HeinrichHimmler88", en référence à Heinrich Himmler, l'ex-dignitaire du Troisième Reich. C'est un membre de boucles néonazies sur Telegram, telles que "République Blanche de Bourgogne", une chaîne qui fédère "les Aryens français voulant se battre pour la survie de leur race en Europe".

Le jeune homme est instable, mal dans sa peau, plein de ressentiment, il a trouvé dans l'idéologie nazie une forme d'exutoire facile. Il nourrit une haine contre les juifs, les LGBT. La perquisition menée à son domicile aboutit à la découverte d’un drapeau nazi et de croix gammées.

Le 22 avril, le parquet national antiterroriste (Pnat) ouvre une enquête préliminaire. Après une cyberinfiltration et une phase de surveillance, les enquêteurs ont interpellé Angel B. au moment où il vient de prendre contact avec un homme détenteur d’une arme à feu.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Antiterrorisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.