Agression de militaires au Louvre : pourquoi l'alerte attentat SAIP n'a pas été déclenchée

Cette application, mise ne place par le gouvernement permet d'alerter et d'informer les populations en cas d'événements de type attentat.

L\'application pour smartphone SAIP en démonstration le 8 juin 2016 à Paris.
L'application pour smartphone SAIP en démonstration le 8 juin 2016 à Paris. (PETER KNEFFEL / DPA)

Pas d'erreur cette fois-ci, mais un choix délibéré. L'application alerte attentat SAIP n'a pas été déclenchée, par le ministère de l'Intérieur lors de l'attaque survenue au Carrousel du Louvre, vendredi 3 février. 

Quelques minutes après l'annonce de cette nouvelle attaque, de nombreux internautes s'interrogeait sur l'utilité d'un tel dispositif s'il n'était pas déclenché après un tel événement. 

Le gouvernement a préféré utiliser Twitter pour prévenir officiellement les personnes qui se situaient au Caroussel du Louvre.

Interrogé par 20minutes.fr, le ministère de l'Intérieur a indiqué qu'en "raison de la cinétique de l'événement, de la neutralisation instantanée de l'assaillant, du confinement immédiat des visiteurs ainsi que du bouclage du périmètre en surface, il n'a pas été jugé pertinent" d'activer cette application. SAIP signifie Système d'Alerte et d'Information des Populations. Elle a été mise en place par le ministère de l'Intérieur et le Service d'Information du Gouvernement le 8 juin 2016. On peut la télécharger sur les stores Apple et Google et son objectif est d'alerter et d'informer les populations en cas d'événements de type attentat.

"Il faut la déclencher à bon escient"

Mais, forcément, la fausse alerte lancée le 17 septembre 2016 après un appel à la police avertissant d'une possible prise d'otages dans une église du centre de la capitale qui avait conduit au lancement d'une vaste opération de police en plein Paris, a sans doute laissé des traces. 

"Pour que SAIP reste une application efficace, il faut la déclencher à bon escient", a expliqué à 20 Minutes le ministère de l’Intérieur qui rappelle également que "le déclenchement est décidé par le préfet, en fonction des éléments qu’il a en sa possession."