Cet article date de plus d'un an.

Seine-Saint-Denis : le jeune homme impliqué dans une bagarre avec un policier en civil au Blanc-Mesnil porte plainte

L'avocat du jeune homme Maître Yassine Bouzrou affirme que son client a été "frappé et étranglé". Le préfet de police avait saisi l'Inspection générale de la police nationale après la parution de la vidéo sur les réseaux sociaux, mardi. 

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis). (GOOGLE MAPS)

Le jeune homme impliqué dans une bagarre avec un policier en civil dans le hall d'un immeuble au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis) porte plainte pour violences volontaires en réunion sous la menace d'une arme par personnes dépositaires de l'autorité publique et pour des injures à caractère raciste, a appris franceinfo jeudi 21 avril auprès de son avocat, maître Yassine Bouzrou. Le jeune homme, blessé, "est choqué, il a été frappé et étranglé, et il a cru qu'il allait mourir," affirme son avocat.

Mardi, une vidéo tournée au Blanc-Mesnil montrait un homme, présenté comme étant un policier, en train de se débattre avec un jeune dans le hall d'un immeuble. L'entrée de l'immeuble était gardée par plusieurs personnes, dont une équipée de menottes au ceinturon et LBD à la main, pour empêcher les gens de rentrer.

"Insulté, isolé dans un hall d'immeuble"

Le jeune homme impliqué "a croisé un policier de la brigade anti-criminalité du Blanc-Mesnil. Ce policier lui a fait comprendre qu'il souhaitait une altercation violente, assure maître Yassine Bouzrou. Il l'a insulté, l'a isolé dans un hall d'immeuble et l'a roué de coups". Il a été "blessé au niveau du visage" et doit faire des radios. "Ses amis ne pouvaient pas rentrer" pour le secourir "puisque deux autres policiers montaient la garde devant l'immeuble avec des armes à la main et empêchaient les gens d'intervenir ou de filmer."

Après la publication de cette vidéo, le préfet de police a saisi l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) "aux fins d'établir les circonstances dans lesquelles les faits montrés se sont produits"Pour l'instant, le contexte précis des faits n'est pas connu.

L'avocat réclame une "enquête judiciaire". Il estime qu'une "enquête administrative ne sert pas à grand-chose.

"Il faut une enquête judiciaire et que les policiers soient renvoyés devant une juridiction."

Maître Yassine Bouzrou

à franceinfo

Le dépaysement de l'enquête va être demandé. "Nous savons qu'à Bobigny une enquête ne sera pas possible parce que le procureur de Bobigny protège les policiers de Bobigny", conclut maître Yassine Bouzrou.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.