Sécurité : les cambriolages avec violences contre des célébrités se multiplient

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
Le phénomène du "home-jacking" interpelle une nouvelle fois la police judiciaire, depuis le témoignage, vendredi 29 septembre, de l’animateur Bruno Guillon. Que sait-on de ces cambriolages ciblés sur des personnalités ? -
Sécurité : les cambriolages avec violences contre des célébrités se multiplient Le phénomène du "home-jacking" interpelle une nouvelle fois la police judiciaire, depuis le témoignage, vendredi 29 septembre, de l’animateur Bruno Guillon. Que sait-on de ces cambriolages ciblés sur des personnalités ? - (France 2)
Article rédigé par France 2 - N. Perez, V. Meyer, T. Cuny, A. Lo Cascio, O. Sauvayre
France Télévisions
France 2
Le phénomène du "home-jacking" interpelle une nouvelle fois la police judiciaire, depuis le témoignage, vendredi 29 septembre, de l’animateur Bruno Guillon. Que sait-on de ces cambriolages ciblés sur des personnalités ?

La scène s’est déroulée dans une maison au cœur des Yvelines. Il est 3h30 du matin, dans la nuit du mardi 26 au mercredi 27 septembre, quand l’animateur radio Bruno Guillon, sa femme et son fils de 14 ans sont réveillés par un fracas de vitre brisée. Ce dernier est alors pris en otage par quatre hommes, cagoulés et armés. Deux jours après son agression, il a raconté, encore bouleversé, son calvaire sur RTL. "Les 30 minutes les plus longues de ma vie", décrit-il. 

La méthode se développe

Les malfaiteurs ont réussi à s’enfuir, en emportant près de 100 000 euros de bijoux et objets de valeur. Ces agressions violentes, à domicile et en présence des victimes, menacées et souvent brutalisées, se multiplient. Les célébrités sont de plus en plus souvent victimes de cette méthode, appelée "home-jacking". En 2022, Bernard Tapie et son épouse étaient violemment agressés chez eux. L’année précédente, le joueur de football Angel di Maria se faisait dérober 500 000 euros de bijoux, chez lui, en présence de sa famille. Les stars du football restent les cibles privilégiées des malfaiteurs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.