Cet article date de plus de six ans.

Les Réunionnais rendent hommage à un surfeur de 13 ans tué par un requin

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
FRANCE 2 / SAMAH SOULA
Article rédigé par
France Télévisions

Elio, jeune espoir du surf, a été happé par un squale dimanche 12 avril au matin, sur une plage de l'île interdite à la baignade.

L'île de La Réunion sous le choc. Environ 500 personnes se sont rassemblées en fin d'après-midi, dimanche 12 avril, pour rendre hommage au jeune surfeur tué par un requin le matin même à la station balnéaire de Boucan Canot.

Elio, 13 ans, était un membre prometteur du pôle espoir de la Ligue de surf de La Réunion. L'adolescent surfait avec six camarades dans une zone interdite aux sports nautiques quand il a été happé par un squale, un "requin-bouledogue de 2,5 mètres" selon l'expertise médicale pratiquée sur sa dépouille. Le requin a arraché toute la partie droite du corps du jeune garçon.

Septième décès et seize attaques depuis 2011

Dimanche soir, ses proches et de nombreux habitants de l'île ont rendu hommage au jeune surfeur et jeté des fleurs à la mer, sur une plage proche du lieu du drame. Certains ont également exprimé leur colère après ce drame, et plusieurs jeunes se sont rassemblés derrière une planche de surf portant l'inscription "À qui le tour ?". Le préfet de La Réunion a activé la procédure post-attaque, qui prévoit des opérations de pêche ciblées aux alentours du lieu de l'attaque. 

C'est le septième décès en seize attaques de requin à La Réunion depuis 2011. Un arrêté, reconduit mi-février, interdit la baignade en dehors des zones surveillées depuis juillet 2013 et la mort d'une jeune fille de 15 ans dans une autre attaque. Une décision "d'interdire la mer" qui a provoqué la colère de nombreux habitants de l'île, car elle a contribué à faire baisser le tourisme et a entraîné l'annulation de la totalité des compétitions de surf.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Attaques de requins

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.