Un adolescent de 13 ans tué par un requin à La Réunion

Ce nouveau drame porte à sept le nombre de décès liés à la résurgence des attaques de squales dans l'île depuis 2011.

La dernière attaque mortelle de requin remontait au 14 février 2015. Une baigneuse de 22 ans avait été attrapée par un requin alors qu\'elle se trouvait sur une plage du sud de l\'île de La Réunion.
La dernière attaque mortelle de requin remontait au 14 février 2015. Une baigneuse de 22 ans avait été attrapée par un requin alors qu'elle se trouvait sur une plage du sud de l'île de La Réunion. ( MAXPPP)

Nouvelle attaque mortelle de requin à La Réunion. Un adolescent de 13 ans, membre prometteur du pôle espoir de surf, a été tué par un requin dimanche 12 avril à la station balnéaire de Boucan Canot, à La Réunion. Le jeune garçon a été happé par un squale qui lui a arraché le bras droit et la jambe droite, ainsi qu'une partie de l'abdomen. L'adolescent se trouvait dans une zone interdite à la baignade aux Aigrettes (Cap Homard), sur la côte ouest de l'île, lorsqu'il a été attaqué.

L'attaque a eu lieu le matin, peu après 9 heures, une période où les attaques sont jugées moins fréquentes. Les pompiers n'ont pu que constater le décès de l'adolescent malgré leur arrivée quasi-immédiate et l'intervention des occupants d'un bateau qui avait ramené le jeune homme très vite sur le rivage. Ce bateau effectuait des relevés de balises, placées justement dans cette zone pour enregistrer les passages de squales.

 

Attaque mortelle ce matin apparemment sur un jeune enfant au spot des aigrettes. Nous sommes le matin, en dehors de...

Posted by Océan Prévention Réunion (OPR) on Saturday, April 11, 2015 

"J'ai vu la planche rester au ras de l'eau"

L'adolescent, qui se prénommait Elio, surfait avec six autres membres du pôle espoir de la Ligue de surf de la Réunion. "J’ai vu la planche rester au ras de l’eau. Un surfeur est sorti de l'eau et a crié 'requin, requin, requin !' Quelqu’un est resté sur la plage et a donné l’alerte. Il y avait un bateau à proximité, quelqu’un est parti à l’eau", a raconté un témoin au site d'information local linfo.re"Pour moi, c’est la première attaque qui se déroule ici le matin. Alors qu'on se disait tous que si on surfait le matin, il n’y aurait pas de victime. Et là, on apprend qu'un enfant de 13 ans se fait manger sur un spot qui n'a jamais eu d’attaque. C'est horrible", a encore confié un surfeur.

La sous-préfète de Saint-Paul, ainsi que les élus locaux, se sont aussitôt rendus sur les lieux du drame. Très choqués, les jeunes surfeurs ont été pris en charge par les pompiers sur la plage qui a été évacuée.  Une page Facebook a été ouverte. En une heure, elle avait déjà recueilli plus de 200 "j'aime", signe de la vive émotion sur l'île. Un rassemblement est prévu à 17 heures.

Seizième attaque

Le préfet de la Réunion, Dominique Sorain, a immédiatement hissé la "flamme rouge" sur les plages du littoral ouest et activé la "procédure post-attaque". "Ce dispositif prévoit la réalisation d'opérations de pêche ciblées aux alentours immédiats du lieu de l'attaque", explique la préfecture dans un communiqué. Des lignes ont été installées pour tenter de pêcher le squale, d'après linfo.re, et un requin tigre de 3,5 mètres a été pêché non loin de l'attaque. Cependant, l'expertise médicale, basée sur la taille et la physionomie des morsures, a révélé que l'animal auteur de cette attaque était un requin bouledogue d'environ 2,5 mètres.

C'est la seizième attaque de squale depuis 2011, la septième mortelle. La dernière remontait au 14 février. Une baigneuse de 22 ans avait été attrapée par un requin alors qu'elle se trouvait à 5 mètres du rivage à Pont Mulla, Etang-Salé (sud de l'île).

Mi-février, juste avant cette précédente attaque, le préfet de La Réunion, Dominique Sorain, avait reconduit jusqu'au 15 février 2016 l'arrêté préfectoral interdisant la baignade et toutes les activités nautiques en dehors du lagon et des zones surveillées, du fait du risque posé par les requins.

"Interdire la mer", une décision impopulaire sur l'île

L'arrêté prévoit toutefois la mise en place des zones expérimentales limitées situées à Saint-Paul, Trois-Bassins, Saint-Leu (littoral ouest) où les jeunes surfeurs et les entraîneurs du pôle espoir de la ligue de surf réunionnaise pourront pratiquer leur sport.

La décision "d'interdire la mer", selon une expression souvent utilisée avec agacement par bon nombre de Réunionnais, avait été prise par la préfecture en juillet 2013 après la mort d'une jeune fille de 15 ans tuée par un requin alors qu'elle était à 5 mètres du rivage, à Saint-Paul (ouest de l'île).

Cette situation a contribué à une baisse significative de l'activité touristique et a entraîné l'annulation de la totalité des compétitions de surf et de bodyboard. Même si les autorités cherchent aussi à éviter la psychose en rappelant que des attaques de squales ont déjà eu lieu par le passé.