Finalement, pas de chasse sauvage au requin à La Réunion

Le député-maire de Saint-Leu a décidé de retirer son arrêté municipal, qui autorisait la chasse "par tous les moyens" au requin bouledogue. Un arrêté préfectoral entrera en vigueur.

Le député-maire de Saint-Leu souhaitait autoriser la chasse au requin, une semaine après une attaque mortelle à La Réunion. Il a finalement retiré son arrêté, le 31 juillet 2012. 
Le député-maire de Saint-Leu souhaitait autoriser la chasse au requin, une semaine après une attaque mortelle à La Réunion. Il a finalement retiré son arrêté, le 31 juillet 2012.  (FLICKR / GETTY IMAGES)

Le député-maire de Saint-Leu (Réunion) fait marche arrière. Le ministre des Outre-mer, Victorin Lurel, a annoncé mardi 31 juillet dans la soirée que Thierry Robert avait décidé de retirer son arrêté municipal autorisant la chasse au requin bouledogue, après plusieurs attaques dont celle mortelle du 23 juillet

Le député MoDem proposait de chasser le prédateur "par tous les moyens, y compris par chasse sous-marine, de jour comme de nuit" et de racheter leurs prises aux pêcheurs, alors que leur commercialisation est interdite. "Même si l'on pouvait en comprendre les motivations, nous ne pouvions pas approuver [cet arrêté], car il était manifestement entaché d'illégalité", a expliqué le ministre des Outre-mer, qui a reçu l'élu mardi dans la journée. 

Les professionnels auront le droit de pêcher

En revanche, un arrêté préfectoral doit entrer en vigueur d'ici quelques jours, rapporte Le journal de l'île de la Réunion. Il serait similaire à l'arrêté précédent "à quelques nuances près. Des pêcheurs professionnels, seulement ceux aguerris aux techniques de la pêche aux bouledogue et au tigre (ces deux sont concernés) auront tout le loisir de parcourir 95 % de la réserve, épargnant sûrement les sanctuaires," explique le quotidien.

"La pratique doit par contre répondre à une réglementation. Aussi sera-t-il proscrit d’employer la méthode sous-marine, contrairement à ce que voulait dans un premier temps le premier magistrat de Saint-Leu", ajoute-t-il.

Périmètre sécurisé 

Selon Victorin Lurel, "l'Etat accompagnera par ailleurs, en cofinancement, les communes qui engageront des démarches de sécurisation des activités nautiques sur leur littoral."

"Notamment dans le financement de zodiac munis de sonde pour détecter le danger mais aussi dans la formation du personnel", précise le quotidien réunionnais.