République dominicaine : deux mineurs prisonniers sous terre depuis dix jours ont été secourus

Au total, plus de 70 experts et une quarantaine de techniciens venus de tout le pays ont participé au sauvetage mardi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Raquel Pena, vice-présidente de la République dominicaine (à gauche) et Antonio Almonte, ministre de l'Energie et des Mines (à droite), à l'aéroport de Saint-Domingue (République dominicaine), le 7 août 2022. (ERIKA SANTELICES / AFP)

Opération sauvetage réussie pour deux mineurs piégés sous terre depuis dix jours. En République dominicaine, Gregores Mendez, un Dominicain, et Carlos Yepez Ospina, un Colombien, ont pu regagner la surface, mardi 9 août. Les deux hommes avaient été coupés de tout contact avec la surface le 31 juillet, après un éboulement dans une mine située à Cerro de Maimon, à environ 80 km au nord de Saint-Domingue.

"Le sauvetage a eu lieu à 11h16 (heure locale) après avoir ouvert un accès par le nouveau tunnel de déviation appelé route de sauvetage B, l'une des deux routes qui avaient été créées depuis le début du plan de sauvetage", a détaillé dans un communiqué la Corporation minière dominicaine (Cormidom), qui exploite une concession canadienne.

Des dizaines d'experts ont participé au sauvetage

Au total, plus de 70 experts et une quarantaine de techniciens venus de tout le pays ont participé au sauvetage. Un avion militaire canadien avait apporté, dimanche, 26 tonnes de machines et d'outillage de pointe pour les opérations de sauvetage.

Le président Luis Abinader a posté une vidéo dans laquelle il salue les deux mineurs, qui apparaissent souriants et de bonne humeur. "Le pays entier vous regardait, très heureux", leur a-t-il dit.

Dans la vidéo, Carlos Yepez Ospina, l'un des deux mineurs, a assuré que les deux hommes avaient bénéficié "de bonnes conditions" sous terre, avec un de la "ventilation", de l'"eau", de la "nourriture", "tout." "On dormait confortablement aussi, cela a rendu le séjour moins difficile", a-t-il précisé, même si "les premiers jours étaient compliqués". La presse n'a pas eu accès à la zone de sauvetage.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.