Producteur passé à tabac à Paris : le profil des policiers suspendus passé au crible

Quatre policiers ont été suspendus puis placés en garde à vue, vendredi 27 novembre, pour avoir tabassé un producteur de musique à Paris. Voici ce qu'il faut savoir sur le profil de ces agents.

Leur garde à vue, qui dure depuis vendredi 27 novembre, a été prolongée jusqu'à dimanche 29 novembre en début d'après-midi au plus tard : deux policiers que l’on voit sur les images de vidéosurveillance du studio de musique de Michel Zecler frappent ce dernier à coups de poing, pendant que le troisième le maintient contre la porte. Il s’agit de fonctionnaires de police âgés de 44 ans (pour le chef de brigade), 31 ans et 23 ans, tous expérimentés et très bien notés par leur hiérarchie. 

Les agents reconnaissent les coups

Tout commence dans une rue du XVIIe arrondissement de Paris, lorsque Michel Zecler, sans masque sur le visage, essaye d’échapper à un contrôle. Les policiers le poursuivent jusqu’à l’entrée de son studio, et c’est là que la situation dégénère. Ils affirment que Michel Zecler aurait tenté de subtiliser leurs armes, une version contredite par la vidéo. En garde à vue, les agents reconnaissent les coups, mais nient les propos racistes et contestent avoir menti sur le procès-verbal qui relate les faits. Le quatrième homme mis en garde à vue, âgé de 35 ans, est celui qui lance une grenade lacrymogène dans le studio.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le dossard d\'un agent de police, le 3 décembre 2019 à Lille. Photo d\'illustration.
Le dossard d'un agent de police, le 3 décembre 2019 à Lille. Photo d'illustration. (DENIS CHARLET / AFP)