Vidéo Proposition de loi de "sécurité globale" : Gérald Darmanin affirme qu'on aura toujours le "droit" de "filmer" les forces de l'ordre

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Le ministre de l'Intérieur est revenu sur l'article 24 de cette proposition de loi contestée. 

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, a affirmé vendredi 13 novembre sur franceinfo qu'on aura toujours "le droit" de filmer les forces de l'ordre en intervention alors que la proposition de loi de "sécurité globale" qui arrive la semaine prochaine à l'Assemblée nationale, provoque l'inquiétude de nombreuses associations et d'une partie de la presse. Elle vise à limiter la diffusion d'images de forces de l'ordre lors de leurs interventions. 

Si vous voyez un problème qui relève du Code pénal, vous aurez le droit de le filmer et de le transmettre au procureur de la République, mais si vous voulez le diffuser sur internet de façon sauvage, vous devrez faire flouter les visages des policiers et des gendarmes. 

Gérald Darmanin

à franceinfo

L'article 24 de la proposition de loi des députés LREM Jean-Michel Fauvergue et Alice Thourot "vise effectivement à ne pas jeter en pâture les policiers et les gendarmes qui font un travail extrêmement difficile. Mais les journalistes pourront toujours évidemment filmer toute intervention de police", a assuré Gérald Darmanin. 

Le ministre de l'Intérieur explique que cette loi a pour but de protéger les forces de l'ordre : "Nous devons protection aux policiers et aux gendarmes de France", a-t-il expliqué. "Il y a aujourd'hui des policiers, des gendarmes qui sont constamment menacés dans leur vie personnelle, des appels au viol sur des policières ou des gendarmes qui font des interventions, par exemple, des policiers qui sont reconnus parce que leur image a été diffusée", sur les réseaux sociaux, a-t-il dit.

Le ministre de l'Intérieur assure que les forces de l'ordre ne sont pas au-dessus des lois : "Quand ils ont un pas de travers, nous devons les sanctionner", assure-t-il. Selon Gérald Darmanin, "les policiers sont les personnes les plus sanctionnées de l'administration, c'est là où il y a le plus d'enquêtes. C'est un corps qui est extrêmement contrôlé et ils rendent des comptes tous les jours de ce qu'ils font". 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences policières

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.