Rassemblement en mémoire d'Adama Traoré : une procédure judiciaire ouverte contre sa sœur Assa pour "délit d'organisation d'une manifestation non déclarée"

La préfecture de police avait interdit le rassemblement parisien non déclaré prévu samedi, car "présentant des risques de troubles à l'ordre public". Il s'est tout de même tenu.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Assa Traoré s'exprime lors de la manifestation interdite à Paris, le 8 juillet 2023. (CARINE SCHMITT / HANS LUCAS / AFP)

Une procédure judiciaire pour "organisation d'une manifestation non déclarée" a été ouverte contre Assa Traoré, présente, samedi 8 juillet, à Paris au rassemblement interdit en mémoire de son frère Adama décédé en juillet 2016, a annoncé la préfecture de police, qui la décrit comme "l'organisatrice".

"Le délit d'organisation d'une manifestation non déclarée étant manifestement caractérisé, une procédure judiciaire est engagée à l'encontre de l'organisatrice", écrit la préfecture de police dans un communiqué, sans citer le nom d'Assa Traoré. Sollicité, le parquet de Paris n'était pas joignable dans l'immédiat.

Présente malgré l'interdiction

La soeur d'Adama Traoré, figure du combat contre les violences policières, avait déclaré qu'elle serait présente "samedi à 15h place de la République", après l'interdiction de la marche, annuelle, prévue à Persan et Beaumont-sur-Oise en mémoire de son frère décédé peu après son arrestation par des gendarmes. Cette annonce avait été rapidement relayée par des militants de gauche et des députés de la France Insoumise mais Assa Traoré n'avait toutefois pas directement appelé ses soutiens à la rejoindre.

La préfecture de police avait interdit ce rassemblement parisien non déclaré, car "présentant des risques de troubles à l'ordre public". Elle avait rappelé le "contexte tendu" et les "cinq nuits consécutives" de violences urbaines après le décès de Nahel, 17 ans, tué par un policier lors d'un contrôle routier le 27 juin à Nanterre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.