Police : les techniques d'arrestation en question

Alors que les violences policières en France font débat, de nouvelles méthodes d’arrestation sont demandées aux policiers. L'étranglement banni, le Taser pourrait être davantage utilisé, mais il est dangereux aussi.

FRANCEINFO

La prise de cou ou clef d’étranglement. Voici la technique désormais interdite pour les interpellations. Dans une école de police, le formateur jugeait ce geste dangereux si mal maîtrisé. Selon les forces de l’ordre, cette méthode était utile pour maîtriser un individu trop grand ou trop agité. Alors, par quoi la remplacer ? L'une des pistes envisagée par le ministère de l’Intérieur est d’augmenter le recours au pistolet à impulsion électrique.

Le Taser inquiète

L’usage du Taser est déjà encadré : impulsion de 5 secondes maximum, répétition seulement si "indispensable" et pas de tirs au cou et à la tête. Cette arme, a priori non létale, inquiète les associations. Elle peut provoquer de graves séquelles ou un décès en cas de mauvaise utilisation. Lundi 8 juin, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a interdit aux policiers de faire pression sur la nuque ou le cou. Mais rien sur le plaquage ventral, que dénonce Amnesty International, ainsi que les familles d’Adam Traoré, mort en 2016, et de Cédric Chouviat, décédé en janvier.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un gendarme tient un Taser sur un marché de Noël, le 23 décembre 2016, à Tours (Indre-et-Loire).
Un gendarme tient un Taser sur un marché de Noël, le 23 décembre 2016, à Tours (Indre-et-Loire). (GUILLAUME SOUVANT / AFP)