Le préfet de police Didier Lallement apostrophé lors du Conseil de Paris

Les élus communistes de la capitale ont chahuté le haut fonctionnaire, mardi, avant de quitter la salle.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le préfet de police, Didier Lallement, à Paris, le 10 mai 2020. (THOMAS SAMSON / AFP)

"Stop aux violences policières""Lallement, Darmanin, démission". Le Conseil de Paris, n'a pas été de tout repos, mardi 15 décembre, pour le préfet de police Didier Lallement. Des élus communistes de la capitale ont brandi des pancartes lors de la deuxième prise de parole du haut fonctionnaire avant de quitter la salle.

"Nous n'avons pas confiance en le préfet Lallement et nous le faisons savoir par ce vote contre le budget de la préfecture de police", a déclaré Nicolas Bonnet-Oulaldj, le président du groupe Communiste et citoyen, auprès de BFMTV. Des élus d’Europe Ecologie-Les Verts et de La France insoumise ont également appelé à sa démission.

Anne Hidalgo, la maire de Paris, a en partie défendu Didier Lallement, pointant la responsabilité de Gérald Darmanin, son ministre de tutelle. "J'ai entendu ici et là des mises en cause directes, personnelles, du préfet de police. Il se trouve que nous sommes des élus et j'estime que, en tant qu'élus, nous sommes des responsables politiques, nous avons à nous adresser au ministre", a-t-elle déclaré. "Je considère que les responsables politiques n'ont pas à s'attaquer aux fonctionnaires. Si j'ai des choses à dire, je les dis aux responsables politiques", a-t-elle poursuivi.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences policières

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.