"J'étouffe" : les détails de l'interpellation qui a provoqué la mort de Cédric Chouviat révélés

Le 3 janvier 2020, Cédric Chouviat mourrait après une interpellation. Des enregistrements révèlent que cet homme a répété à plusieurs reprises la phrase "j'étouffe" sous le poids des policiers. 

France 2

Ce seront les dernières paroles de Cédric Chouviat, lors de son interpellation le 3 janvier 2020. "J'étouffe" : le cri est répété sept fois par le livreur âgé de 42 ans sous le poids des policiers. "C'est bon, bracelet ok", réagit l'un des policiers en réponse en lui passant les menottes. Une affaire qui fait écho à la mort de George Floyd aux États-Unis. Le Monde et Mediapart ont eu accès aux enregistrements du téléphone de Cédric Chouviat. 

Les policiers pourraient être mis en examen

Victime d'un malaise cardiaque aux abords de la Tour Eiffel, après un plaquage au sol, casque sur la tête, il décédera deux jours plus tard. Depuis le début de l'affaire, la famille de la victime dénonce une bavure policière causée par des techniques d'interpellation dangereuses. Les avocats s'exprimeront mardi 23 juin à 11 heures. Les policiers, eux, ont été entendus mercredi 17 juin en garde à vue, ils pourraient être mis en examen. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Uniforme de policier.
Uniforme de policier. (BERTRAND GUAY / AFP)